Littérature : MILLAU LA LONGUE ROUTE par Thierry GIMENEZ


 

J’avoue d’emblée qu’habituellement j’ai beaucoup de mal avec ce type d’ouvrage. Vous avez participé à une compétition, très bien, tant mieux pour vous. Mais, plutôt que d’en limiter la publicité à votre belle-mère, vos collègues de travail et votre jolie voisine, pourquoi diable éprouvez-vous le besoin de coucher votre expérience sur papier et – tenter – d’en faire profiter la terre entière ? Après tout vous n’êtes pas le seul à l’avoir faite cette course ! Et s’il s’agit pour vous d’une catharsis, prenez rendez-vous avec votre psy préférée.

C’est donc avec cet a priori plus que négatif que je me suis lancé dans la lecture de MILLAU LA LONGUE ROUTE de Thierry Gimenez, après que l’auteur m’en ait envoyé un exemplaire. En plus et je l’avoue là encore volontiers, je n’éprouve pas de grandes affinités pour les ultras. Ma distance, LA distance, c’est le marathon, avec toute la symbolique historique et les légendes qu’il véhicule. Les 100km, pfff ! Bref, Thierry, mais vous ne le saviez sans doute pas, c’est en de biens mauvaises mains que vous aviez remis le fruit d’heures interminables de travail.

Sachez Thierry que, finalement, vous avez bien fait ! Vous avez, en effet, réussi, non seulement, à capter mon attention, mais aussi, à m’intéresser. Certes, vous ne m’avez pas convaincu de m’inscrire à la prochaine édition des 100 km de Millau, courir 10, 12, 14h alors que ma seule ambition dans la vie est de courir en moins de 3h, ne sera jamais ma tasse de thé, même si à la lecture de votre livre, je comprends mieux ce qu’on peut ressentir dans ce type d’épreuves. Mais, votre but, de toute façon n’était pas de faire du prosélytisme.

J’ai d’abord aimé votre langue. Des mots simples, une lecture fluide et vous avez parfaitement évité l’écueil du « je fais-ci, après je fais-ça et ensuite ceci-celà », qui est le risque inhérent à ce genre de récit. J’ai aussi aimé la construction de l’ouvrage : à la fois linéaire comme les kilomètres qui défilent mais aussi sinueuse comme les méandres du parcours où les pensées diverses et variées qui ont le temps de s’entrechoquer dans votre cerveau pendant ces 13 heures – pardon 12h 59 minutes et 4 secondes) seul, ou presque, face à votre destin. Vos réflexions sur la vie, sur le monde tel qu’il fut, tel qu’il est et tel qu’il sera, dans leur spontanéité, petites touches de peinture éparses sur le canevas kilométrique du récit, donnent à votre roman – ça y est, j’ai lâché le morceau ! – une âme que la sécheresse d’une simple litanie de minutes ou de mètres n’aurait pas éveillée.

Roman … Je suis certain que vous allez me reprocher ce mot car pour vous, Thierry, MILLAU LA LONGUE ROUTE, n’est pas un roman mais une histoire vraie, celui de vos 100km de Millau 2009. Surtout, ne voyez pas dans le mot roman un quelconque caractère réducteur ou péjoratif. J’y vois plutôt une marque de reconnaissance. Reconnaissance pour votre manière d’écrire, car votre livre « se lit » et aucun de vos kilomètres ne m’a rebuté. Reconnaissance aussi pour la cohérence que vous avez donné à l’ensemble. Une bien belle aventure que vous nous avez contée avec une grande modestie. Certes vous vous mettez en avant car vous êtes, bien entendu, le héros mais vos « seconds rôles » – les hommes, les femmes, les lieux … – jouent eux aussi une belle partition qui contribue à l’harmonie de l’ensemble.

A tous mes lecteurs : je vous encourage vivement à lire MILLAU LA LONGUE ROUTE que vous pourrez vous procurer par correspondance sur le blog de Thierry Gimenez http://thierrygimenez.unblog.fr/ au prix de 16 Euros + frais de port ou, si vous habitez près de Montpellier, dans la boutique Temps Course.

2 commentaires sur “Littérature : MILLAU LA LONGUE ROUTE par Thierry GIMENEZ”


Posté par dalmasso isabelle Le 17 juillet 2010 à 20:30

merci pour ce tres bon moment passe sur la route de millau avec quelqu un d aussi attentif au choses qui l entoure felicitation pour ce livre j ai reve bravo a ton fils . je fais de millau mon objectif 2011 ce sera l annee de validation de la licence de ma fille jeromine chacune son effort . bon entrainement et bonne course a toute la famille . on est gates par notre envirennement je suis dans le var je cours au miliieu des vignes c st un pur bonheur merci encore a +

Répondre


Posté par Millau : La longue route » Archives du Blog » ACHETER LE LIVRE Le 15 juin 2014 à 8:20

[…]           Par Fred Brossard membre du jury des lecteurs de l’express […]

Répondre


Laisser une réponse