Les Vibram sont-elles « Born to Run »compatibles ?


 

Un ptit dernier (article) pour la route sur le sujet « Born to Run ». Les Vibram Five Fingers sont-elles Born to Run compatibles ? Voilà un sujet passionnant non ?

Je résume Born to Run pour ceux qui n’auraient pas lu mon article d’hier : les hommes sont des coureurs nés si tant est qu’ils courent pieds nus ou presque, sur l’avant du pied et plus spécialement en endurance qu’en vitesse.

Et la réponse à la question (de la compatibilité des Vibram à ce mode de course) est : oui … et non.

Oui, parce qu’en Vibram, on est obligé de courir sur l’avant du pied. Oui, parce qu’en Vibram, il vaut mieux faire de l’endurance que de la vitesse (j’ai essayé tôt ce matin des séquences à 90% de VMA, sur route, et ce n’est pas si facile que cela).

Non, parce qu’il est précisé dans Born to Run, que l’avant du pied est un super amortisseur intelligent capable de prouesses qu’aucune semelle ne peut approcher (c’est une région très innervée donc avec une capacité de réaction ultra-rapide). Or la zone d’impact des Vibram est particulièrement « dure » et certes on court bien sur l’avant du pied mais on perd cette capacité d’élasticité, de réaction, d’adaptation à la charge que procure le contact direct (ou celui d’une simple semelle de type sandale).

Courir en Vibram, ce n’est donc pas courir réellement pieds nus, courir tel que la nature nous aurait créé (si on en croit le livre évidemment). C’est une « autre façon » de courir, au même titre qu’en Newton. Qu’on ne s’y trompe donc pas ! Il est d’ailleurs dommage que la logique des concepteurs n’ait pas été poussée jusqu’au bout, notamment en assouplissant et en affinant cette fameuse zone d’impact.

Une petite vidéo montrant les Vibram en situation réelle conduites par un superbe athlète (i.e. moi évidemment) et en plus cette vidéo est passée aux actus de BFM : cliquer ici http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/detail/fivefingers-la-basket-en-forme-de-gant-360591/

Et pour vraiment tout savoir sur les Vibram five fingers (ou 5 fingers ou fivefingers, comme vous voulez), cliquez sur les liens suivants :

20 commentaires sur “Les Vibram sont-elles « Born to Run »compatibles ?”


Posté par Aurélie Le 18 mai 2010 à 18:14

Après avoir ôté mes vibram hier pour finir mon parcours nus pieds, je confirme que cela reste différent. Assez curieusement la première chose que j’ai ressenti en posant mon pied c’est une impression d’… amorti ! Comme si la partie charnue s’étoffait au contact du sol. Et aussi une plus grande compréhension du « rebond », on sent davantage le mouvement et moins le choc. J’ai d’ailleurs remarqué (avec mon garmin) que ma vitesse de progression n’a pas du tout été ralentie alors que dans mon esprit j’allais plus doucement (les yeux rivés au sol pour guetter les bris de verre…).

Répondre


Posté par fredbros Le 18 mai 2010 à 19:24

@Aurélie : ce que tu as ressenti est décrit dans Born to Run. Le meilleur amorti n’est pas de l’EVA super elastowave 2034 mais l’avant du pied. Cette zone est ultra-sensible et dispose de capacité de réaction ultra-rapide. Concrètement, dans la même microseconde, les nerfs analysent l’impact et fournissent une réponse adéquate. Le talon au contraire, n’est pas innervé de la même manière et ne possède pas cette capacité de réaction. Quand on chausse de la running à amorti on sollicite le talon qui ne fait … rien et ce ne sont pas les 2 cm de caoutchouc qui te protègent des vibrations et du poids à l’impact …

Répondre


Posté par bft Le 18 mai 2010 à 22:26

Salut a tous, je suis tellement content d’avoir trouve d’autres coureurs qui essaient les vibrams et la course pied nu! Je cours principalement en Vibram Sprint et parfois pieds nus – je confirme que les deux ne donne pas la meme experience. Les Vibrams sont deja un bon debut. Je n’ai commence a courir qu’il y a un et j’ai debute dans les Nike Air Rift sans trop de problemes. Pour une course de 10k j’ai pris des baskets « sur mesure » apres l’analyse de mes pieds – et je n’ai jamais eu aussi mal ! Du coup j’ai pris des Vibrams et c’est du pur bonheur depuis.

Répondre


Posté par fredbros Le 19 mai 2010 à 5:39

@Bft : oui, les Vibram sont bien, comme tu le dis « un bon début ». On n’est plus dans une chaussure mais on n’est pas vraiment pied nu. Le seul reproche que je leur fait c’est cette dureté de la zone d’impact qui n’est pas cohérente avec la théorie de la course pied nu. Après, les vendre « comme pieds nus », c’est du marketing …

Répondre


Posté par Aurélie Le 19 mai 2010 à 6:56

@Fred, je te trouve un peu sévère. La zone d’impact est effectivement épaisse mais elle permet aussi de courir partout en ville tout en conservant des sensations qui permettent d’avoir une foulée la plus proche de la course nus pieds. J’ai pu les déchausser et finir mon entraînement nus pieds que parce que je les avais porté depuis suffisamment longtemps pour mon corps s’adapte à cette foulée particulière. Je n’aurais pas pu le faire sans cette préparation. Si adaptation il y a c’est que le geste est préservé. Par ailleurs en cavalant en ville j’ai marché sur des sols où j’ai eu mal même en vibram (les pavés par exemple) et traversé des zone pleine de verre cassé sans craindre pour mon intégrité. Cela veut dire que même quand il fera nuit et que je ne verrai pas suffisamment pour courir nus pieds, je pourrais encore chausser mes vibrams. Elles m’offrent une liberté que je n’ai pas nus pieds. Je pense quant à moi qu’il s’agit d’un bon compromis, sans oublier la liberté des orteils et l’équilibre latéral à retrouver que l’on avait oublié avec nos grosses semelles. Même si c’est différent de courir nu pied, ce n’est pas non plus qu’une vision marketing.

Répondre


Posté par jeremy_foobar Le 19 mai 2010 à 7:56

Il est à noter aussi que les tarahumaras évoqués dans le livre ne courent pas non plus pieds nus, mais avec des huaraches.

Répondre


Posté par fredbros Le 19 mai 2010 à 8:39

Exact Jeremy : d’ailleurs aux USA, certains sites proposent des « recettes » pour réaliser soi-même des huaraches qui sont en fait des sandales composées d’une semelle uniforme et de lanières. J’en parlerai à l’occasion sur wanarun.

Répondre


Posté par Dorval gilles Le 19 mai 2010 à 9:51

Pour alimenter votre débat, voici l’exemple a médité Lorsque qu’Abebe bkila gagna le marathon des JO de Rome en 1960 en 2h15, il ne supportait pas de porter des chaussures. Il avait toujours eu l’habitude de courir pied nu 4 ans plus tard, pour des raisons essentiellement économique lié à un sponsor « officieux », il décide de mettre des chaussures et remporte le marathon des JO de Tokyo en 1964 en 2h12… Ces progrès étaient ce du aux chaussures, à la qualité de son entrainement ? Par contre une chose est sûre, mettre des chaussures ne l’a pas pénalisé… Même quand on coure pied nu, le talon touche le sol au moment du passage du centre de gravité au dessus des appuis. Et heureusement d’ailleurs car ce contact du talon au sol a un role de « pompe » et facilite le retour veineux. A ce propos je fais une petite aparté sur les chaussettes de compression utilisé en course. Les muscles lors de leur contraction exerce déjà cette fonction de compression sur les vaisseaux sanguins. Donc pas surprenant qu’aucune recherche scientifique sérieuse ait réussi à prouver leur efficacité (contrairement aux chaussette de récupération) Pour en revenir à l’analyse de la foulée, il faudra bien plus que mon propos pour vous exposer les principes fondamentaux en matière de bio mécanique. Mais voici quelques éléments : – seuls les sprinteurs sur les courtes distances (200m maxi) sont aptes à maintenir une attaque « plante de pied avec une pose quasi inexistante du talon au sol . Cela nécessite aussi des qualités musculaires spécifique aux sprinters permettant de garder une foulée de type « cycle avant  » . Cette technique de course est très gourmande en terme d’énergie – le marathonien, quelque soit son niveau, à une foulée de type « cycle arrière » avec un contact obligé du talon au sol. Il en est de même lorsque l’on trottine tranquillement pied nu. – il ne faut pas confondre pause du pied au sol et tant de réaction au sol (c’est à ce niveau là que Gébressélasié est extraordinaire) Courir pied nu peut être une envie, une « philosophie » et il faut la respecter totalement Mais ce qui fait réellement progresser un coureur, c’est avant tout la qualité de son entrainement Ce qui permet d’améliorer les qualités de « pied » et musculaire, c’est un gros travail de PPG, PPS, d' »éducatifs » au fil des ans. Plus ce travail sera entrepris jeune et meilleure sera la coordination une fois adulte. Concernant les blessures, elles n’arrivent jamais par hasard. Elles sont la conséquence d’un ou plusieurs faits: un entrainement non adapté (souvent la cause principale), un manque de « gainage » de la ceinture abdominale, un manque d’étirement, une hygiène de vie (alimentation, hydratation et sommeil) un peu négligée Une fois ces différents points respectés, les risques de blessures seront minimisés que l’on coure ou non avec des chaussures. A propos de chaussures, partir toujours sur des modèles 100% universels. Très infime est le nombre de coureurs ayant vraiment besoin d’une correction. Si c’est le cas, s’adresser alors à des podologues du sport En espérant avoir participé à mon petit niveau dans votre quête du « courir plus efficacement « 

Répondre


Posté par fredbros Le 19 mai 2010 à 10:47

@gilles : toujours très intéressants tes commentaires et pertinents. Merci. Pour la pose du talon au sol, même pied nu, certes, je suis d’accord mais tu le « poses » juste, sans choc puisque ton avant de pied a amorti. Alors qu’en attaque talon, c’est lui qui prend tout l’impact, même avec super amorti de la chaussure. Et 100% d’accord avec toi sur l’importance de la préparation qu’on court pieds nus ou pas. Je pense même que des abdos en béton sont encore plus nécessaires car il faut courir légèrement penché vers l’avant, ce qui n’est pas si facile que cela avec une ceinture abdominale nutella 🙂

Répondre


Posté par Dorval gilles Le 19 mai 2010 à 11:17

Concernant l’amorti des chaussures, à force de vouloir trop protéger nos muscles, on finit par les fragiliser. Il faut trouver le bon compris. D’ailleurs certains marathonien(e)s effectuent la quasi totalité de leur entrainement sur du « dur » pour habituer les fibres musculaires à « encaisser » les chocs présent lors du contact au sol Concernant le renforcement de la ceinture abdominale, en effet c’est hyper important. Ca permet de garder le bassin bien positionné et d’éviter qu’il ne bascule, la fatigue grandissante, en rétroversion (courir « assis ») Par contre il ne faut pas se focaliser uniquement uniquement sur les les abdo. Sinon tu avantageras la retroversion du bassin. Il faut aussi s’occuper des « dorsaux ». Ne jamais négliger les groupes musculaires antagonistes au risque de créer des déséquilibres posturaux.

Répondre


Posté par Fredbros Le 19 mai 2010 à 12:46

@Gilles : oui en muscu je travaille toujours les antagonistes à chaque séance : biceps / triceps. Ischios / squats, abdos / dorsaux etc etc etc C’est effectivement un point important qu’il faut souligner et mettre en pratique dans toute préparation physique, même si un muscle semble ne pas être « utile » dans une activité.

Répondre


Posté par Dorval gilles Le 19 mai 2010 à 13:16

Bien que l’on se soit éloigné du sujet de départ, on se rend bien compte qu’en dehors de l’aspect « équipement » les axes de travail pour progresser en course à pied sont multiples. Mais avant de partir sur telle ou telle option, l’essentiel est de suivre un entrainement adapté à ses capacités du moment, tant au niveau physiologique, mécanique mais aussi mental

Répondre


Posté par Stef Le 19 mai 2010 à 14:10

Arf quand je disais que le pied réagissait comme une main pour une brulure 😉 des le départ je n ai pas osé dire que courir nu pied ou en minimaliste était complètement différent , tout cela du a la sensibilité du pied… Nos douleurs aux mollets sont du a une exageration de la pose sur l avant du pied . Laissez vous courir naturellement sans contrainte de technique surtout en nu pied , et la au bout de quelques kilomètres , vous sentirez une légère pose sur le talon . Ne nous mentons pas , il n y a pas assez de recul sur l info médicalisé de cette pratique . @bientot

Répondre


Posté par fredbros Le 19 mai 2010 à 14:12

Gilles : un lien super intéressant avec illustrations http://www.voxy.co.nz/lifestyle/why-barefoot-runners-have-edge-shoe-wearing-rivals/1783/48973

Répondre


Posté par Dorval gilles Le 19 mai 2010 à 16:20

@Fred: Pas tres « scientifique » la démonstration du gars qui fait un passage en chaussure et une fois pied nu. Dans le passage avec « chaussure », on a une poussée bien supérieure de la jambe arriére Donc des contraintes plus importantes à devoir gérer lors de la reprise d’appui au sol…. J’ai visionner d’autres vidéos à partir de celle là. La majorité sont faite sur tapis de course. Possédant moi même un tapis, je peux assurer qu’on y coure pas de la même manière et que la foulée est moins longue. Donc reprise d’appui légèrement différente. Je trouve que tout cela est un peu « tiré par les cheveux » Dans on regarde la video suivante http://www.youtube.com/watch?v=7jrnj-7YKZE au tout début ou à partir de 5’58, personnellement c’est exactement le ressentit que j’ai au niveau de la pose du pied au sol quand je coure. J’ai des vidéos de moi et d’autres coureurs. Si j’arrive à en faire des ralentis interessants, je te les fais parvenir ou mais le lien ici même Je choisis d’ailleurs mes chaussures uniquement en fonction de cela

Répondre


Posté par Vibram Five Fingers : Fred sur BFM TV Le 30 août 2010 à 14:53

[…] Les Vibram sont-elles “Born to Run”compatibles ? […]

Répondre


Posté par VIBRAM Révolution ou Arnaque ? Premiers éléments de réponse Le 31 août 2010 à 15:23

[…] Les Vibram sont-elles “Born to Run”compatibles ? […]

Répondre


Posté par J’ai couru en Vibram Five Fingers ! Le 31 août 2010 à 15:25

[…] Les Vibram sont-elles “Born to Run”compatibles ? […]

Répondre


Posté par Vrai Test Vibram Five Fingers – première compétition Le 4 septembre 2010 à 8:00

[…] Les Vibram sont-elles “Born to Run”compatibles ? […]

Répondre


Posté par Vibram Fivefingers : KSO ou BIKILA ? Le 4 septembre 2010 à 18:25

[…] Les Vibram sont-elles “Born to Run”compatibles ? […]

Répondre


Laisser une réponse