Les Brooks Cascadia 8 au trail du Sancy



 

images-1Ah les Cascadia! Quand je récupère  (merci à Brooks, wanarun et I run) la dernière version, la 8 c’est le moment de la mise à jour du poste « chaussure ». Comme pour un logiciel on remet à niveau le bon vieux système qui fonctionne, on rajoute les dernières trouvailles et c’est reparti pour un tour.  Comme un fidèle à une marque de voiture, je reste un inconditionnel de la Cascadia. J’ai commencé avec la version 4 en 2007, me voilà aujourd’hui avec le modèle 8 aux pieds.

Il est à 5h00, le Mont Dore s’éveille, tout au moins les coureurs du Trail du Sancy, pour un départ de l’épreuve à 6h00. Je chausse les Cascadia, car au vu de la météo, annoncée très pluvieuse, et l’état du parcours très boueux, je ne veux prendre aucun risque et  je sais que je pourrais compter sur les Brooks. Tout en effectuant quelques mouvements d’échauffement dans l’aire de départ  pour un petit réveil musculaire, je goute au plaisir de mes pieds douillettement installés dans les Cascadia. Les chaussures sont légères, il est vraiment agréable, avant le départ de ce trail de 60 Km qui s’annonce compliqué, d’avoir le pied confortablement calé dans le chausson tout en se sentant en confiance face aux difficultés du parcours.

images

Rien à signaler durant les premiers kilomètres, le départ s’est fait en ville et après un petit kilomètre de route , on rejoins un sentier plutôt large et roulant. Il fait nuit, la lumière de la frontale permet de voir ou l’on pose les pieds et la bonne qualité de protection de la Cascadia 8 m’autorise même à courir dans les flaques sans risque d’avoir les pieds trempés. Quelques zones boueuses, mais l’accroche avec une semelle bien cramponnée permet de continuer à progresser sans ralentir le rythme. Au lever du jour, je me retrouve à la fois en plein brouillard et en descente dans un pré, qui ressemble plus à un champ de patates qu’à une pelouse de football. Je suis seul, il n’y pas vraiment de trace, et je dois repérer les balises pour trouver mon chemin, je progresse prudemment car les trous et les dévers sont nombreux. Un bon maintien tout en souplesse au niveau de la cheville me permet d’arriver sans dommage au bas de cette section. Après une grimpette je rejoins une longue descente sur un chemin à la fois caillouteux mais roulant. Habitué des chaussures de type oversize, j’ai au départ un peu d’appréhension pour ces sections ou je craint de manquer d’amorti. Mais les Cascadia 8, dans la lignée des versions précédentes, y sont très performantes. J’ai pu revenir sur des concurrents en maintenant une bonne allure et sans pour autant me cramer les quadriceps. L’amorti et le dynamisme du déroulé de la chaussure y ont fortement contribué.

imgres-1

C’est en descendant du Puy de l’Angle que je me suis dit que j’avais vraiment bien fait de prendre ces chaussures. 1 km de  chemin terreux complètement raviné, avec de nombreuses zones de boue bien glissantes, ou les Cascadia m’ont permis d’éviter les chutes et surtout de ne pas me tordre la cheville et cela malgré quelques glissades qui ont pu rester contrôlées. Dans l’ascension du Puy des Crebasses et  la descente sur la vallée des Chaudefeur, les Cascadia se sont révélées vraiment performantes. La pluie s’abattant sur nous, le chemin était devenu un véritable torrent boueux. Que ce soit en montée comme en descente avec les cailloux qui roulaient, le chemin était  rempli de pièges  et particulièrement dangereux. La Cascadia m’a toujours permis de garder une bonne qualité d’appui et autant pour la protection des chocs contre les cailloux que pour l’étanchéité face à l’eau et  la boue, ces chaussures ont été à la hauteur. J’ai arrêté ma course au 45 ème km, car le plaisir n’était plus là, mais il est clair que sans les Brooks Cascadia 8 j’aurais stoppé plus tôt.

De retour sur la ligne d’arrivée en ôtant les chaussures, je me suis fait la remarque que malgré les glissades, les chutes ( il y’en a eu lors de la dernière descente) et les conditions épouvantables du parcours, j’ai toujours pu garder le rythme. La preuve d’une accroche et d’un grip vraiment performant. Je ne me suis pas tordu une seule fois la cheville, (ce qui m’arrive quasiment sur chaque course) démonstration d’ un maintien et d’une stabilité exceptionnelle.  Mes pieds étant d’autre part dans un état impeccable de propreté et sans aucune marque (ampoule, échauffement, traumatisme), je met la note maximale pour la protection et le confort. L’amorti est lui aussi très satisfaisant, car aucune douleur aux cuisses malgré les 2/3 descentes bien casse pâtes sur le goudron. Enfin un déroulé et un dynamisme  de très bon niveau car je n’ai jamais ressenti l’effet d’avoir les pieds plombés et j’ai pu relancer sans problème quand le terrain le permettait. In fine on peut dire que la Brooks Cascadia 8 est une chaussure vraiment adaptée à toutes les utilisations trails et qu’elle saura être performante dans toutes les conditions et sur tout types de parcours.

Un commentaire sur “Les Brooks Cascadia 8 au trail du Sancy”


Posté par Coupe-Vent Brooks : Petit retour sur une découverte de l'année 2013 Le 1 décembre 2013 à 10:09

[…] ne reviendrai pas sur les Cascadia qui ont déjà été présentées et testées par mon ami Frank (l’article de Frank), en revanche il faut que je vous parle de ce coupe-vent Brooks très […]

Répondre


Laisser une réponse