Le mur du marathon existe même pour les pro !



 

patrick-makauUne semaine après le marathon de Londres et sa tentative de record avortée, j’ai pris le temps de regarder dans le détail les temps de passage pour voir à quel moment le record a basculé dans l’oubli.

Les organisateurs avaient réussi à faire venir le gratin des coureurs de marathon, il manquait peut être que Haile Gebreselassie mais on sait que l’age avançant il ne repoussera plus le meilleur temps.

Premier semi

Que dire de ce premier semi-marathon, tout est parfait même si Patrick Makau (le détenteur du record) n’est plus du tout dans le rythme depuis le 10ème kilomètre. le premier semi-marathon est avalé en 1h01m36s pour Kebede. Si il avait été capable de tenir le rythme, on pouvait imaginer d’approcher la barre de 2h03 mais les 5 premiers kilomètres en 14m23s vont peut être laisser des traces.

Oubliez le négative split

Avec un premier semi-marathon à un tel rythme, cela laissait un peu de marge pour une deuxième partie de course moins rapide. Un second semi en 1h02 aurait pu permettre de passer sous le record. Mais le rythme commence à ralentir. Mutai va rester dans le rythme jusqu’au 30ème kilomètre, et finira à 3m33s / km sur les derniers kilomètres.

Même Kebede fera un deuxième semi en 1h04m30s ! Dans les derniers kilomètres, il a réussi à reprendre les 40 secondes de retard qu’il avait au 35ème et avoir 30 secondes d’avance sur la ligne d’arrivée. A première vue, Kebede a fait un superbe finish mais en fait c’est surtout celui qui a le moins craqué.

Aucun des coureurs n’a pu maintenir le rythme de folie du premier semi. Le niveau très relevé, la présence de Mo Farah et les lièvres qui sont partis sur les chapeaux de roues sont sans doute les raisons de ce rythme trop rapide du début. Un départ trop ambitieux qui s’est payé cash dans la deuxième partie de course. Le marathon reste quand même l’école de la régularité, il aurait peut être fallu un peu moins de vitesse au début et un peu plus de régularité.

Les temps de passage des derniers records de Makau et d’Haile montrent une meilleure régularité dans les passages au 5 000m. Finalement nous avons assister à une course apparemment tactique avec une premier semi qui a mis le feu et c’est le moins fatigué de tous qu’il l’a emporté.

 

2 commentaires sur “Le mur du marathon existe même pour les pro !”


Posté par Arnaud Ragué Le 27 avril 2013 à 21:12

Bonne et intéressante analyse. Merci

Répondre


Posté par rohnny Le 1 mai 2013 à 10:46

En effet, un post bien itéressant 🙂

Répondre


Laisser une réponse