Le 100km de Millau vu de l’intérieur – Retour sur une expérience


 

MILLAU Samedi 25 septembre 2010

 Nous étions donc plus de 2.000 (1603 prétendants au titre de centbornard et plus de 400 inscrits sur le marathon) à nous diriger en procession, suivant la fanfare municipale, vers la ligne de départ avenue Jean Jaurès. Un tour de ville historique en marchant, pour le moins surprenant, alors que nous allons faire plus de 100 bornes, j’aurai eu tendance à ne pas disperser mon énergie. Et pourtant c’est une chaude ambiance qui règne sur le parcours malgré la fraicheur matinale. Peu de visages tendus, des gens plutôt heureux, l’air serein, prêts à en découdre alors que le programme qu’on nous propose peut mener à l’indigestion. Jugez plutôt : une grande variété de bosses, de cotes, mais surtout des descentes terribles. Une 1ère boucle de 42km le long du Tarn sur chacune des rives, pour le plaisir des yeux. Et une deuxième partie, qui fait tout de même 58km et qui m’a valu mes plus belles émotions. La problématique de l’épreuve, outre la distance, c’est le dénivelé.

Ce jour là nous étions 1603 avec la même idée en tête, atteindre notre objectif et réaliser notre rêve…. L’ultra c’est ça avant tout, une grosse dose d’émotion et une entraide pour repousser ses limites.

Courir Millau, c’est aborder un monument, c’était aussi pour moi la concrétisation d’un rêve d’enfance.

5 – 4 – 3 – 2 – 1 C’est parti….. La caravane s’élance, les pêchus du marathon partent dans un rythme soutenu, le reste des troupes trottine malgré l’euphorie du départ. Direction Aguessac et le premier ravitaillement ! Des ravitos il y en aura 20 sur le parcours soit environ un tous les 5km. Et côté diversité, pas de soucis à se faire, l’organisation a tout prévu. Outre les traditionnels oranges, sucres, abricots secs, pain d’épices sur les premières tables on trouve aussi au fil des kilomètres, des œufs, des minis sandwichs de pâté, de roquefort, du jambon…. Et pléthore de boissons, eau, glucose, thé, café, St Yorre, Perrier, coca, Kronenbourg (et oui de la bière) et même de la soupe. Bref, des conditions techniques incroyables en comparaison des années 70 et 80 où les gars faisaient avec ce qui existait. Quelques rares boissons spécifiques, plus souvent du thé au miel, du café, de l’eau sucré ou de l’eau de riz pour les rois de la selle molle. Et ça ne les empêchait pas de boucler ces parcours comme des avions…

 Au 7ème km les suiveurs vélo entrent en piste. Ils sont répartis en trois secteurs selon les dossards. La foire d’empoigne commence. En quelques secondes le peloton qui s’était étiré redevient dense. On croise quelques suiveurs au regard inquiet de ne pas avoir vu leur coureur, peur de les avoir laissé passer. Pour moi, tout va bien, pas de soucis de retrouvaille je suis parti comme sur un Trail, seul avec mon sac à dos.

La course continue et il y a beaucoup de faux plats. Après Pailhas un monsieur a sorti trois chaises devant chez lui et propose aux coureurs qui ont 8km dans les jambes de se reposer !!

Rivière sur Tarn la route devient sinueuse le long de la rivière en direction de Boyne, joli village qu’on traverse sous les encouragements de la population. Arrive Le Rozier rive nord. A la terrasse d’un café les verres de pastis sont de sortie. On traverse le Tarn, il est temps de revenir sur Millau et la première grimpette se présente, un premier lacet qui offre une magnifique vue sur le village. Il fait toujours aussi frais et le vent est de face.

Du 20ème au 35ème kilomètre, les montées sont courtes mais parfois raides. C’est une vraie partie de toboggan qui commence. J’aperçois sur l’autre rive du Tarn les quelques coureurs que je précède. Je me fais doubler par Odile et son guide. Odile est non voyante, je l’ai rencontrée en avril sur le Marathon Des Sables. Son courage et sa gentillesse font légion.

A partir du km 35, la route est très monotone. Sur l’autre rive, on aperçoit la 4 voies du départ et au fond de la vallée, le viaduc. On approche du chenil, les aboiements s’intensifient, perdurent puis disparaissent… et encore une étape de franchie. Enfin la route redevient plate et laisse la place à une portion interminable qui nous emmène à l’entrée de Millau. La traversée de la ville pour rejoindre le Parc de la Victoire me parait longue. Les voitures circulent parfois sur les mêmes voies que nous. Certaines forcent le passage. Je me suis stoppé deux fois à cause d’abrutis. Je garderai un très mauvais souvenir (le seul) de ce passage derrière les pots d’échappement d’une Mégane grise (désolé pour la pub). Sur le parcours 90% des routes sont bloquées, mais il n’est pas rare que les coureurs de fin de peloton ne bénéficient pas des mêmes conditions que la tête de course. Est-ce une incitation à courir plus vite ? Je vous avoue que pour aborder la deuxième partie, j’ai appréhendé de traverser la ville à nouveau et pourtant c’est bien là qu’est le cœur de la course.

Ce passage par la salle des fêtes de Millau est rafraichissant mais aussi surréaliste. Il marque l’arrivée des marathoniens, qui pour certains finissent à l’agonie et le pointage obligatoire de ceux qui repartent sur la 2ème boucle.

A partir de Là …. ça y est, on court la légende !!

Après le passage au marathon, on traverse la fameuse place du Mandarous, qu’on voit souvent noire de monde sur les photos. Est-ce un manque d’affluence lié à la fraicheur ou mon passage tardif ? Je n’ai vu personne.

Direction Creyssels puis Saint-Georges de Luzençon qu’on rallie en franchissant une belle bosse qu’il faut monter à sa pogne. Ce passage est l’un des plus délicats à gérer, avec un vent violent de face. Tous ces coureurs éparpillés dans la pente, les suiveurs qui zigzaguent arc-boutés sur le vélo. C’est Millau et ce sont des images que j’aime. Au sommet, on ouvre les yeux, on lève la tête…. On passe sous le Viaduc et le km 50. Pas le temps pour une retouche de poudre ou pour remettre la mèche dans le bon sens, voilà le photographe et enfin la première descente de la deuxième partie. C’est dans ce tronçon que je croise Michaël Boch qui est en tête de course. Il bouclera son périple en 7h12 réalisant ainsi le 15éme temps de l’épreuve.

La traversée de Saint-Georges est longue et rectiligne. Quelques supporters sont sur le bord de la route malgré la distance et encouragent les inconnus autant que les leurs. Souvent ils relèvent le numéro de dossard de celui qui arrive, vérifient son nom sur la liste des inscrits publiée au journal et l’encouragent par son prénom ! Certes, ce n’est plus l’ambiance de la première partie, elle s’est grandement délayée au fil des km, mais l’intention est là et ça fait du bien.

En sortant du village, on trouve sur notre droite une route en faux plats montant jusqu’à Saint-Rome-de-Cernon. Sur la gauche, la voie ferrée, à droite le rocher. C’est un endroit chaud à tous points de vue. Le vent est tombé, j’aperçois ma première ambulance. C’est sur ce tronçon qu’on peut faire de grosses différences et pourtant ça ne parait pas… Est-ce un lien de cause à effet, c’est la partie la plus monotone du parcours, cette portion parait interminable !

C’est aussi sur cette partie que j’ai croisé, en fait je me suis fait doubler, par des familles en vélo profitant que la route soit fermée toute la journée pour pédaler tranquillement. Devant moi un coureur s’arrête pour aider une maman qui essaye de régler la selle du vélo de sa petite fille en pleurs !!

A la sortie de Saint Rome (60ème km), on entame de suite la pente (l’ascension) de Tiergues. De belles rampes dans des bois de petits chênes. Après les épingles, on est presque au sommet, le paysage est magnifique, le causse, les montagnes. A l’horizon la route qui file sur Saint-Afrique et le ravitaillement qui se trouve après un kilomètre de descente. Jusqu’à St Afrique j’ai croisé le gros de la troupe, échangeant encouragements et sourires. Il y a eu là beaucoup de fraternité et de chaleur humaine.

Là, il faut y aller ! La descente n’en finit pas, le bas est masqué et l’on ne voit la ville qu’en y arrivant. Je la traverse, la nuit tombe, je me fais pointer, rentre dans la salle du ravitaillement avec comme préoccupation récupérer mon sac, retirer mon tee-shirt, enfiler des fringues chaudes et repartir (72ème km).

Les rares badauds aux terrasses des bars nous encouragent, ils chantent au passage de chacun, nous tentent d’une bonne mousse.

Le retour dans la pente de Tiergues est terrible. Je me mets en mode marche rapide. Les premières pentes sont raides et brûlent le corps. La remontée est longue et il est nécessaire de ne pas négliger la prise de boisson même si le souffle est court. On arrive au ravitaillement, il reste un gros kilomètre de faux plat où le vent souffle fort. Je ne regrette pas d’être chaudement vêtu, la nuit est définitivement tombée.

Le retour se fera dans le noir, à la frontale. Vous l’avez deviné, les descentes de l’aller se transforment en montées et inversement. La nuit les sensations sont différentes, les yeux ne discernent plus le relief mais pas de souci les jambes s’en chargent ! On devine les coureurs qui nous précédent aux bandes réfléchissantes. Je traverse Saint-Rome (82ème), croise les derniers coureurs qui filent vers St-Afrique, je continue vers St-Georges (89ème). Je rattrape un concurrent sans lampe !!! On fera ce tronçon ensemble. Puis arrive la remontée vers le viaduc (93ème km) qui est magnifiquement éclairé. Le ciel, chargé depuis le matin, se déleste d’une belle averse, courte mais belle. Suffisante pour laver les traces de sel qui me colle à la peau.

La descente vers Creyssels sonne le retour de l’éclairage public et l’explosion des quadriceps. Ca sent l’écurie, maintenant il faut tout lâcher je sais que je vais rentrer.

Les ravitos sont toujours bien garnis et les bénévoles, malgré l’heure tardive, toujours aussi sympathiques. A partir du 95ème les marques kilométriques sont disposées toutes les bornes, et on cherche la prochaine avec impatience ! 97, 98, 99…

Le retour dans Millau se passe bien mieux qu’à l’aller, il n’y a quasiment plus de circulation.

Encore un coureur devant moi, il nous reste 300m, je ne veux pas lui voler sa place mais je ne peux pas couper mon élan. Je le dépasse avec un petit mot « Ca y est on tient le bon bout… allez.. » finalement je le précède de 45sec sur la ligne, peu importe, on a fini ! L’arrivée dans la salle des fêtes est magique et le passage de la ligne d’arrivée podium tout autant. Il est 1h34, il y a encore beaucoup de monde. L’organisation, impeccable jusqu’au bout, nous remet notre diplôme et le cadeau finisher. Cette année un livre, Les Géants de la course à pied – La Saga des pédestrians – Volume II. Je me dirige vers le vestiaire, la course est belle et bien finie. Place maintenant aux souvenirs !!!

Pendant cette aventure j’ai aussi rencontré de belles personnes tel que DéDé 73 ans fidèle marcheur de « La Godasse » de Saint Pierre des Corps. Pour sa 17ème participation, le DéDé il finit en 16h52. La veille, lors de la Pasta il nous proposait un verre de rosé. Tout dans la générosité, rien dans l’excès. Respect Monsieur !

Une remarque pour ceux qui aimeraient faire Millau. Encore plus que sur tout autre ultra, étant donné que la réussite se construit dans la tête, un suiveur est très utile ! Le secret de Millau est de ne jamais penser à toutes les difficultés à venir. Ne pensez qu’au tronçon en cours et vers la fin de celui-ci, et seulement à la fin, pensez au suivant…

J’ai beaucoup aimé cette course avec respect et émotion. Respect pour tout, autant pour les gens qui font de cette course une fête que pour les paysages. Ce 100km n’est pas une course, c’est MILLAU. Finalement ça ne se raconte pas, ça se vit de tout son être, de tout son corps, de toute sa tête, de tout son cœur.

www.laurentraymond.com

A tous, je vous encourage vivement à lire MILLAU LA LONGUE ROUTE que vous pourrez vous procurer par correspondance sur le blog de Thierry Gimenez http://thierrygimenez.unblog.fr/

13 commentaires sur “Le 100km de Millau vu de l’intérieur – Retour sur une expérience”


Posté par julie Le 13 octobre 2010 à 7:57

Je te remercie pour ton article qui m’a permis d’en savoir plus sur cette course. Bravo pour ta performance, d’avoir fini cette course et ta modestie 🙂 Je te souhaite encore plein de moments intenses comme ça en CAP. et question bonus : tu as couru avec quelles chaussures ?

Répondre


Posté par Laurent Le 13 octobre 2010 à 9:07

Salut Julie Merci pour ton message. Pour répondre à ta question j’ai fait Millau avec des Nimbus Asics. J’alterne régulièrement sur route ce modèle et des Mizuno Wave-rider. J’ai préféré sur ce coup-ci les asics pour favoriser l’amorti. Je ne regrette pas mon choix, même si les semelles ont bien morflées, je suis même surpris de l’usure avancée.

Répondre


Posté par hanquart Le 13 octobre 2010 à 20:32

Bonsoir, j’ai toujours plaisir à lire des articles comme le tien, bravo encore bravo

Répondre


Posté par Vincent Le 13 octobre 2010 à 21:03

(vincent) : super récit et bravo !

Répondre


Posté par Greg Le 13 octobre 2010 à 23:31

Bravo pour ce magnifique récit et cette performance magnifique qu’est Millau! Merci de rappeler les valeurs fondamentales de la course à pied et pour ta modestie, le respect de l’autre. Un seul mot: chapeau!

Répondre


    Posté par laurent Le 14 octobre 2010 à 9:41

    merci


Posté par BIGrunner Le 14 octobre 2010 à 9:04

Félicitations ! Cette course est vraiment mythique. Mais maintenant que c’est fait, à quoi vas tu t’attaquer ?

Répondre


    Posté par laurent Le 14 octobre 2010 à 9:26

    La SaintéLyon en décembre et quelques trails hivernaux en préparation du Marathon des Sables qui se déroulera du 1er au 11 avril 2010


Posté par maya972 Le 14 octobre 2010 à 12:51

Superbe CR et bien détaillé !! J’avais l’impression d’y etre. Chapeau en tout cas d’avoir terminé !! Il est vrai qu’après une telle épreuve vers quoi peut-on se tourner ?? Le MDS peut-être…. Bonne récup’ et j’ai hâte de te lire à nouveau !!!

Répondre


Posté par DUCOIN Cathy Le 16 octobre 2010 à 12:12

Très cher Laurent, Un bravo bravo pour cette merveilleuse expérience et que tu nous as fait vivre par le biais de ton compte rendu remarquablement bien rédigé. Je te souhaite ardemment de vivre avec autant de passion d’autres évènements aussi exhaltants que celui ci . J’ai très sincèrement beaucoup apprécier ton compte rendu et je te souhaite une bonne récupération amplement méritée. Bonnee continuation et encore merci pour ce superbe commentaire. Sportivement…

Répondre


Posté par marc Le 16 octobre 2010 à 21:25

a te lire je suis encore plus motivé pour m’inscrire en 2011 si je fais un 100Km je veux faire Millau meme si c’est celui la le plus difficile. Mais je suis né dans L’Aveyron pas loin de Millau se sera un retour aux sources. Encore merci de nous avoir fait rever

Répondre


Posté par Laurent Le 18 octobre 2010 à 22:17

Merci pour ce récit et félicitations pour ton exploit, tu peux être fier. Bravo

Répondre


Posté par jp75018 Le 19 octobre 2010 à 6:33

Salut et bravo! J’y étais aussi pour mon 1er Millau. Mon CR est là : http://www.kikourou.net/recits/recit-10984-100_km_de_millau-2010-par-jp75018.html JP PS : En france, il y a deux 100km plus durs que Millau : 100km du Morvan et 100km du Semnon.

Répondre


Laisser une réponse