La course sans fin …


 

Vendredi dernier, 15h12, et une envie pressante … d’aller courir (oui cela reste quand même un site sur la course à pied, vous vous attendiez à quoi ? 🙂 ). Après quelques minutes de réflexion sur le type de séance à effectuer, je décide qu’une petite sortie avec du fractionné me ferait le plus grand bien. Le choix est fait : ce sera une séance de type R2PH de Véronique Billat. Je dois avouer qu’en ce moment, je n’ai plus d’objectif donc je cours selon mes envies du moment.

Pour ceux qui ne connaissent pas, V.Billat a mis en place un protocole pour développer sa VO2max qui , par conséquent, permettra d’améliorer toutes les allures. Comme le dit le site : « Cette nouvelle façon de travailler  la VO2MAX permet un temps de travail en continu à VO2MAX de 15 à 30′ » Une des séances consiste à courir 30’’ à difficulté maximale, 4’ très dur, 4’ assez dur, 4’ à difficulté moyenne puis de nouveau 2’ très dur avec vos propres sensations

Et tout s’écroula en une seconde …

Je m’habille, prends ma montre et là horreur ! Plus de pile ! D’un coup tout vous tombe sur la tête, c’est limite si je n’ai pas vu ma vie de coureur défiler devant mes yeux. Mon cher polar qui me suit depuis de nombreuses années, qui me donne ma vitesse, ma distance, mes pulsations et qui tout simplement me sert aussi de chrono (fonction de base qu’on oubli mais qui s’avère être la plus utile). Impossible de fractionner sans ce précieux outil. Que faire ??? Footing … pas l’envie, rester à la maison, … j’hésite. Après tergiversation, je choisi d’aller essayer mon nouvel abonnement à la salle de gym. Moi qui m’étais promis de ne jamais faire de vraies séances sur tapis. Impossible de courir 40 minutes en salle pour moi, j’aime trop découvrir de nouveaux endroits, l’air frais sur ma peau, les chiens qui me courent après.

Métro, boulot,  … salle de gym

Me voila donc sur mon tapis, l’échauffement se passe bien ; 15 minutes. Je regarde les gens sur les autres tapis : cette demoiselle juste en face de moi qui me donne l’impression que ses chevilles vont se casser à chaque pas tellement elles « roulent » vers l’intérieur, ce jeune homme « un peu » enveloppé qui marche juste à coté de moi et qui semble avoir de grande difficulté. L’atmosphère d’une salle de sport est vraiment spéciale. Tous ces gens courent les un à coté des autres dans la même direction (vers les tv… faut-il y voir une explication philosophique ?) sans se regarder, se parler. On se croirait dans le métro. Chacun est dans sa bulle. C’est étrange pour moi car le sport à toujours permis de rencontrer des gens, discuter et partager. Je me résigne et regarde aussi les télés mais je n’ai pas pris mes écouteurs donc je n’ai pas le son.

Le temps passe moins vite qu’une sortie en extérieur, mais me voila à la fin de l’échauffement. La première fraction sera à 16km/h, ca va tout se passe bien. 15km/h, 14km/h, 13,5km/h puis de nouveau 15,7km/h et enfin le retour au calme 10 minutes à 11km/h.

Bilan :

Il fait très chaud et on transpire énormément. J’ai enclenché le ventilateur présent sur le tapis à la fin de l’échauffement mais rien n’y a fait même avec la clim. Je pense qu’on peut vite se sentir mal avec la chaleur. D’ailleurs quand j’ai marché après 40 minutes, j’avais l’impression d’avoir la tête qui tournait. Autre constat, il est compliqué de régler une vitesse. En effet, ma crainte était de mettre une trop grande vitesse et de me faire emporter par le tapis donc je pense que je n’ai pas fait la première fraction aussi vite que dehors. Par contre j’ai vraiment aimé le fait de savoir que l’on coure à une vitesse précise. J’entends par la que sur la première fraction de 4 minutes, je ne me sentais pas bien après 2’30 mais je me suis motivé pour continuer, sur route j’aurais surement diminué l’allure.

Pour autant un point me gène, la course sur tapis est-elle similaire à la course sur route ? Tout ce qui suit n’est que supputation, si quelqu’un à une réponse précise je suis preneur. Lorsqu’on coure, on attaque avec le pied puis on pousse ( ??? ) sur la jambe d’appuis pour avancer. J’ai bon ? Sur tapis, on pousse aussi mais le sol glisse aussi vers l’arrière donc le mouvement n’est-il pas facilité ? Les sensations pendant la séance ont été une moindre fatigue musculaire mais un plus grand essoufflement ce qui pourrait confirmer ma thèse. Un peu comme en cyclisme : quand vous mettez une petite vitesse vous êtes essoufflé plus vite, avec un grand développement la respiration est plus facile mais c’est musculairement plus compliqué.

A la conquête de nouvelles machines

Cette sortie à la salle de gym m’a quand même donné envie de tester de nouvelles choses. J’ai, en effet, pu remarquer les vélos elliptiques qui pourraient être un complément intéressant, le steppeur, le rameur, et plein d’autres machines qui ressemblent plus à des instruments de tortures 🙂

Et vous avez-vous déjà exploré cet étrange endroit qu’est la salle de sport ? Qu’en avez-vous pensé ? Y êtes-vous retourné ? Pour quelles raisons ? Quel appareil utilisez-vous ? Que cela vous apporte-t-il ? Dites nous tous en commentaire.

Note : après quelques recherches sur internet : il s’avère en effet que le tapis entraine votre pied. J’ai aussi pu lire que la résistance à l’air (et au vent) étant inexistant, cela pouvait faciliter votre charge de travail de 2% à 10%. Il était donc conseillé de maintenir une pente d’au moins 1% pour compenser. Il faut aussi faire attention à ne pas devenir « feignant ». Le tapis entrainant votre pied, certaines personnes ont tendance à garder inconsciemment la phase d’appuis plus longue. Il est donc conseillé de compter ses pas et de rester au minimum à 85 -95 pas par minutes.

8 commentaires sur “La course sans fin …”


Posté par cathy Le 29 août 2010 à 9:37

Terrible découragement de voir sa montre en panne ou déchargée, on a plus la même envie de courir… Comme si le plaisir de voir ses perf passait au-delè de celui de la course à pied.. on est tous comme çà. Jamais testé la salle de sport mais ton expérience ne m’en donne pas l’envie non plus lol Je ne cours qu’en solitaire alors voir des quidams autour de moi fausserait mes résultats je pense. C’est bon t’a racheté une nouvelle batterie ? donc ce matin tu t’es fait plaisir non ?

Répondre


Posté par arle Le 29 août 2010 à 10:21

la monotonie des tapis de course est assez ennuyeuse :/. j’ai jamais réussis à dépasser 45 mn de tapis . c’est chiant à mourir. je comprens ton dessarroi :p. Les salles de sport c’est une autre ambiance pour ma part je n’apprecie pas trop mais bon chacun son truc le plus important c’est que tout le monde y trouve son compte :/

Répondre


Posté par Arnaud Le 29 août 2010 à 10:35

Encore plus ennuyeux que le tapis : l’aqua-running! = courir en piscine avec une bouée.. Essaye, et tu trouveras le tapis hyper fun :- )

Répondre


Posté par santamaria leslie Le 29 août 2010 à 16:11

Il est vrai que les salles de sport sont fréquentées trés généralement pour ceux qui soulévent de la fonte !!! mais à chacun ces objectifs. pour ma part je déteste courir sur un tapis mais 2fs/semaine 30′ 45′ de rameur – c est un bon complément.

Répondre


Posté par julie Le 29 août 2010 à 17:07

j’aime bien aller à la salle de sport pour reluquer les filles :-)))) sérieusement, j’y vais pour faire du vélo et un peu de muscu et…… parce qu’il y a un sauna… et parce que c’est climatisé et qu’à Maurice on crève de chaud. le tapis jamais fait, chuis pas un hamster mais il paraît que c’est top pour travailler sa VMA

Répondre


Posté par Vinz Le 29 août 2010 à 23:30

Les salles de sport : bien l’hiver pour courir en salle au lieu d’affronter le frimas… Quant à la pile déchargée rendant la montre inopérante, j’ai tranché : montre mécanique automatique avec chrono et appli GPS pour course à pieds (Smartrunner) sur mon webphone (Palm)… Zéros soucis !

Répondre


Posté par Aurélie Le 31 août 2010 à 20:19

Je cavale très régulièrement sur un tapis puisque j’en ai un vieux modèle grinçant chez moi. Au début je cavalais très régulièrement dessus (mes enfants étaient trop petits pour les laisser seuls), maintenant je ne travaille plus que les allures et je fais notamment mes séances VMA avec. De façon générale, la pente sur un tapis est toujours de 1,5, et c’est le cas du mien. Courir sur un tapis n’est pas plus facile, personnellement je trouve même que c’est bien plus fatiguant, je trouve que je m’y essouffle beaucoup plus vite et surtout j’y ai beaucoup moins d’endurance ! Je ne sais si c’est psychologique ou non mais très franchement je trouve cela bien plus dur de courir sur un tapis que de cavaler sur le plancher des vaches. Deux accessoires m’y sont indispensables : un ventilo et un walkman (c’est là que j’écoute mes livres audio). En revanche pour travailler les allures, c’est géant… mon tapis reste sourd à toutes mes tentatives de séduction pour le faire ralentir, pas plus qu’il n’accélère le décompte des secondes me restant à cavaler pour finir ce BdM de P°# de C%& de série à 13 km/h… C’est aussi avec lui que j’ai fait mes premiers pas nus pieds (http://bit.ly/d19Nf5). Ce n’est pas un appareil franchement indispensable (surtout en termes d’écologie !) mais franchement je continue à m’en servir alors que dans l’absolu je pourrais m’en passer désormais.

Répondre


Posté par Aurélie Le 31 août 2010 à 20:26

Je rajoute deux remarques que j’ai omises dans mon précédent commentaire. Au début le tapis c’est un peu déroutant et iil faut s’habituer à la machine pour être à l’aise et adopter une foulée plus déliée, y trouver son rythme et la longueur de ses enjambées. Par ailleurs concernant les vitesses, elles sont rarement justes. Elles sont régulières mais ne correspondent pas nécessairement avec la vitesse « au sol ». Sur le mien, je dois rajouter 1 km/h à 1,5 hm/h sur la vitesse qu’il m’indique. Si j’en crois d’autres utilisateurs, c’est assez courant comme différence.

Répondre


Laisser une réponse