Jeûner pour durer, jeûner pour courir


 

Eric Y. est triathlete, il est dans mes amis sur Facebook, je l’ai rencontré au hasard des sites de course à pied. C’est quelqu’un de très précieux qui peut être un guide quant à la recherche d’une bonne hygiène de vie.
J’ai pris l’habitude depuis environ 4 mois de jeûner le soir, ce qui est au contraire, je l’admets, à tout ce qu’on apprend quand on suit des études de diététique et à tout ce que nous racontent beaucoup de nutritionnistes. Quand j’ai écrit sur mon Facebook je « sautais » le repas du soir, j’ai reçu un certains nombres de commentaires dubitatifs, excepté de la part d’Eric Y. qui a pris le temps d’écrire un article très clair sur le jeûne. Je ne doute d’ailleurs pas que nous recevrons un certains nombres de commentaires suite à cet article. Je ne vais pas reproduire son article dans son intégralité, ça serait un peu long et pas toujours en rapport avec notre pratique de la course à pied, je vous copie ci-après simplement comment nous pouvons jeûner en maintenant un niveau d’énergie suffisant pour courir. Si vous souhaitez lire l’article en entier, demandez le moi, je vous l’enverrai avec plaisir.


Pourquoi jeûner ?


Eric Y : Dans la nature, les animaux traversent souvent des périodes de jeûne ne serait-ce qu’à la sortie de l’hiver. Certains jeûnent de façon passive (hibernation), d’autres de façon actives (phoques, saumons, oiseaux migrateurs comme le pingouin royal).

Notre rythme de vie actuel ne permet pas au corps de faire le tri dans ses réserves ; pire, nous polluons notre organisme par une nourriture déséquilibrée, trop riche (graisses, protéines, sucres) et dénaturée (additifs, transformations,…).

De plus, cet excès de nourriture fatigue notre organisme, car celui-ci passe une bonne partie de son temps à assimiler cet afflux d’aliments, qui nécessite en moyenne 30% de notre énergie quotidienne !

Ainsi, l’homme a en moyenne de quoi « tenir » sans problème un à deux mois sans manger.

Plus important, il semble qu’une grande majorité de nos maladies contemporaines soit liée à cette mauvaise nutrition et cette sur-alimentation. Jour après jour, nous nous intoxiquons et empêchons notre organisme à effectuer autre chose que stocker un surplus de nourriture qu’il n’arrive plus à gérer.

La sur-alimentation est néfaste à plusieurs titres :

  • au niveau de notre organisme : celui-ci est accaparé par une assimilation inutile et il ne peut pendant ce temps faire son travail,
  • au niveau de l’Humanité : nous mangeons trop alors que d’autres meurent de faim,
  • au niveau de notre planète : la Terre subit les conséquences d’une sur-production de nourriture (appauvrissement des sols, pollution des nappes phréatiques, gaspillage de l’eau, dégagement de gaz à effet de serre à cause du bétail,…).

Le jeûne quotidien

Eric Y : Pour ma part, j’ai adopté le jeûne quotidien, et l’applique au minimum un jour sur deux. Ayant des séances de sport qui se termine à 21 heures, j’ai opté pour un goûter à 17 heures, ce qui me permet d’ « encaisser » ces entraînements, de ne pas dîner à leur issue et de me contenter d’une bonne infusion. Ce jeûne prend fin le matin à 08h30, après en moyenne 1 heure d’activité sportive (vélo ou course-à-pied).

Le jeûne et l’activité physique…

Eric Y : Il existe un certain nombre de sportifs qui jeûnent, et qui, par cette pratique, non seulement ne régressent pas mais surtout améliorent leurs résultats (Emile Zatopek, Francesco Moser, Frank Vandenbrouke, Yannick Noah, etc)

Eric Y : Pour ma part, ma pratique du sport à un bon niveau ne m’empêche aucunement de faire un jeûne quotidien un jour sur deux (jeûne le soir, nuit, 1 heure d’activité physique à jeun le matin et petit-déjeuner à l’issue).

Après les compétitions, j’ai souvent besoin d’un jeûne de 24 heures pour aider l’organisme à éliminer les toxines. J’ai en fait l’impression que le corps est « englué » par l’alimentation des jours précédents la course (gluten dans les pâtes par exemple) ; de plus le tube digestif est parfois irrité par une journée très intense où les seuls aliments ingérés ont été des gels et des boissons énergétiques. Suite à cette journée de jeûne, j’enchaîne sur une nouvelle journée où les aliments principaux seront des crudités et des fruits, avec un apport cependant en protéines maigres afin d’aider à la reconstruction musculaire.

Le jeûne annuel

Eric Y : Concernant le jeûne annuel, les seuls moments où je peux les mettre en place (maximum de 2 par an) sont en fin de saison (les activités physiques sont moindres), ou sinon en milieu de saison si je ressens le besoin de faire une coupure.

Eric nous met néanmoins en garde quant à la pratique du jeûne « les types de jeûne évoqués ne s’adressent qu’à des personnes en bonne santé (physique et mentale). » ; « le jeûne annuel (une à deux semaines) s’adresse à des personnes en bonne santé, et l’application de certaines règles est nécessaire afin d’éviter les écueils ou de le rendre dangereux. »

Il nous indique aussi quelques ouvrages pour approfondir le sujet :

Dr Bertholet (retour à la santé par le jeûne), René Bickel (les chemins de la souveraineté individuelle), Dr Batmanghelidji, Gisberg Bölling (le jeûne), Elisabeth Boudreau (jeûne pour la santé), Rudolf Breuss (cancer, leucémie et autres maladies apparemment incurables mais guerrissables par des moyens naturels), Guylaine Lanctôt (la mafia médicale),Yannick Noah (secerts etc), Dr Yves Vivini (le jeûne et les thérapeutiques naturelles), Dr Lützner (Aktive Diätetik).

59 commentaires sur “Jeûner pour durer, jeûner pour courir”


Posté par Champromis Le 6 août 2010 à 7:33

Bonjour, je trouve cet article super intéressant et je suis moi même intéresser par cette pratique, pourrai-tu m envoyer stp l’article dans sont intégralité car celui ci m intéresse grandement. merci d’avance. julien.

Répondre


Posté par Leonweb73 Le 6 août 2010 à 7:39

Salut, je suis intéressé par l’article complet d’Eric Y. Je te serais reconnaissant de me l’envoyer. Merci. Arnaud

Répondre


Posté par Thomas Le 6 août 2010 à 7:42

Je suis intéressé par l’article en entier 🙂

Répondre


Posté par santamaria Le 6 août 2010 à 7:47

merci pour l’article ..et je me dis que j ai rencontré un coath formidable sur Genéve car c’est exactement dans cet esprit que nous travaillons depuis 6 mois pour modifier mes habitudes alimentaires-ce n est pas toujours évident mais vraiment les résultats sont là et pas uniquement dans les performances sportives !!!! merci Julie.

Répondre


Posté par alexandre Le 6 août 2010 à 8:12

Je trouve que jeuner peut etre une bonne chose dans certain cas. Par exemple, pour ma part, je ne prends plus trop de petit dejeuner, juste un café au lait et le midi je cours avant ma pose manger. Mais ce que j ai appris c’est que le corps dans le cas de jeune ou de famine se prépare et emmagasine des graisses. Donc je ne sais pas si jeuner reste une bonne chose. Je pense que la meilleur des choses etant de manger des aliments qui seront facile à digerer, style salade, tomate… ca indique au corps que tu manges, et ca lui laisse le temps de se reposer (surtout le soir). voila, c’etait juste un petit avis perso du vendredi matin 😀 bonne course.

Répondre


Posté par Chris Le 6 août 2010 à 8:13

Salut & merci pour cette mise en bouche… Je suis également intéressé par l’article dans sa totalité… Merci de pouvoir me le transmettre… Sportivement Chris

Répondre


Posté par ferreira Le 6 août 2010 à 8:17

BonjourJulie, suis également interessée par l’article au complet, merci de me l’envoyer.

Répondre


Posté par Elisabeth Le 6 août 2010 à 9:27

Bonjour, Très intéressée par cet article, puis-je également l’avoir au complet ? Merci beaucoup

Répondre


Posté par Michel Le 6 août 2010 à 10:11

Ce comportement ressemble selon moi plus à de l’anorexie. Oser dire que ne pas manger est bon pour la santé, c’est honteux. Tous les nutritionistes vous le dirons, si vous voulez perdre du poids et être en forme, il suffit d’adopter une alimentation équilibrée et de faire attention à ce que vous mangez. Je pense que ce phénomène est plus présent chez les femmes qui n’hésitent pas par exemple à sauter le déjeuner pour faire un régime. Il n’est pas anodin non plus pour moi que l’auteur de cet article soit une femme qui semble déjà par ailleurs avoir une activité physique importante et n’a pas besoin de se restreindre à ce point. –> anorexie.

Répondre


Posté par Celinette Le 6 août 2010 à 10:31

Coucou Interessée par l article mais ayant potassé beaucoup le sujet il n y a pas que la quantite et le timing qui compte (meme si Eric en retablissant le gouter me parait tout à fait judicieux dans son approche) mais la qualite et les associations à eviter…. je serais interessée par le nom du coach sur Geneve si santamaria veut bien me le communiquer A tout bientot C

Répondre


Posté par Maguy Le 6 août 2010 à 10:33

Bonjour, j’ai bien apprécié lire ce récit, pour ma part il m’arrive et cela même si je suis une femme d’inclure dans mes préparations une sortie running courte à jeun ou piscine « pas pour quelques régime que se soit » de plus après mes courses « compète » je suis incapable d’ingurgiter quoi que se soit et cela ne m’empêche pas de ressortir le lendemain sans soucis, par contre je mange léger le soir j’écoute surtout mon corps je trouve inutile de se forcer à manger les musulmans font bien le ramadan et je n’est pas entendu dire qu’ils étaient malade et pourtant il y a beaucoup de sportif dans cette religion, le stéréotype ne fait pas partie de ma vie je préfère m’écouter et je suis suivit par mon toubib « prise de sang tout les ans analyse aucun manque » je respecte; à chacun sa méthode cette article apporte juste des idées a prendre ou à laisser!!! Merci en tout cas si tu as le temps j’aimerais bien le lire complétement !!! Merci « Toutefois il est vrai qu’il ne faudrait pas tombé dans un engrenage qui aménerai a l’anorexie « et il n »y a pas que les femmes »

Répondre


Posté par Julien Le 6 août 2010 à 13:20

Bonjour à toute l’équipe, habituellement compatissant à vos points vus, je dois avouer que votre article m’a laissé dubitatif, non pas dans l’idée, mais par son approche et les analogies faites notamment avec le monde animal… Le jeûne et la sur consommation alimentaire sont deux problèmes totalement différents, réaliser des parallèles entres eux n’est vraiment pas pertinents, au même titre que les comparaisons avec le monde animal (phoques, saumons, oiseaux migrateurs comme le pingouin royal) : les physiologies et conditions de vie n’ont tout simplement rien à voir ! De plus le jeûne ne permet absolument pas de mieux éliminer les toxines, c’est comme de dire que de ne pas faire le plein de sa voiture permet de nettoyer le filtre à air… Comme tout phénomène de perturbation cyclique de l’organisme, le fait de jeûner à pour conséquence physiologique de provoquer un phénomène de sur compensation, historiquement occasionné par les difficultés de garder un cycle nutritionnel continu. En résumer, moi je mange, plus l’organisme va stocker, c’est la seul conséquence induite par le jeûne. Par contre, tout dérèglement de l’organisme déclenche des réactions en chaîne qui ne contribuent en aucun cas à l’amélioration des performances physiques dans le cas du jeûne (bien au contraire…). Car certaines carences alimentaires peuvent améliorer la résistance du corps (vrai pour les consommables), mais ce n’est pas le cas pour les autres nutriments qui en cas de carence provoque d’importants dommages à l’organisme. De plus, entre un jeûne réalisé par un athlète de haut niveau et un sportif occasionnel, les troubles seront d’autant plus important, car non habitué au phénomène de manque. L’équilibre à trouver est plutôt de manger moins et mieux le soir. Eviter les aliments difficiles à digérer et surtout les aliments crus ou cuit dans la graisse. Il est vrai que la sensation d’effort est plus importante pendant la digestion, mais ce n’est pas pour autant que vos organismes sera moins performant sur le plan physique (2 pertes énergétiques différentes et cumulables). Je pourrais encore parler longtemps sur le sujet, mais faites vraiment attention aux comparaisons pour le moins tangibles qui peuvent conduire à des convictions pas forcément juste. Sportivement. Julien

Répondre


Posté par Michel Le 6 août 2010 à 14:02

@Maguy Pour info le ramadan occasionne bien des troubles digestifs et certains tombent malades suite à cela, il aurait suffit de vous renseigner.

Répondre


Posté par Angie Le 6 août 2010 à 14:52

Bonjour Julie, Trés intéressée par cet article et il m’arrive aussi de pratiquer un jour de jeûn dans l’année. Si c’est possible pourrais tu m’envoyer l’article dans son intégralité stp, merci.

Répondre


Posté par VincentC Le 6 août 2010 à 16:12

Bonjour Julie, Je rejoins Julien sur ce sujet: son argumentaire est proche de ce que j’aurais pu écrire. En particulier, la mention par ton ami triathlète d’une jeune annuel d’une à deux semaines, même sur une personne « préparée », m’a fait sursauter ! L’idée est assez séduisante, mais me semble propice à des dérives. Sur le commentaire d’Alexandre, tant qu’à sauter un repas, il me semble que le petit déjeuner n’est pas le meilleur choix. Mais sauter un dîner de temps an temps: pourquoi pas ? Mais au delà, je dirais que le plus important est de manger bien et varié. En terme de « traitement détoxifiant », remplacer un repas classique par une solide collation à base de légumes ou de fruits est une solution possible, à mon avis (de non-diététicien). Vincent

Répondre


Posté par Jerome Le 6 août 2010 à 16:32

Bonjour Julie Je suis également interessé par l’article au complet, merci par avance de me l’envoyer. Jerome

Répondre


Posté par VincentC Le 6 août 2010 à 20:15

Julie, Pardon d’intervenir de nouveau, mais je trouve décidément qulques points du post un peu inquiétants. Voir par exemple la bibliographie proposée par ton ami Triathlète: « … Rudolf Breuss (cancer, leucémie et autres maladies apparemment incurables mais guerrissables par des moyens naturels), Guylaine Lanctôt (la mafia médicale) … ». Cancer apparemment incurable mais guérissable par des moyens naturels ??? Ailleurs: « Ainsi, l’homme a en moyenne de quoi « tenir » sans problème un à deux mois sans manger. » Peut-être … si l’on admet que des atteintes irrémédiables, au cerveau notamment, ne sont que des dégats collatéraux somme toute mineurs. En tout cas je ne suis pas volontaire ! Concernant le sujet du jeûne, je veux bien admettre qu’on mange parfois (ou souvent) trop, mais la réponse dans ce cas n’est-elle pas de manger … moins, tout simplement, plutôt que de jeûner, a fortiori sur des périodes longues (deux semaines, ce n’est plus du jeûne, c’est une grève de la faim !). Voila quelques réflexions, plutôt pour viser des dérives possibles (anorexie, problèmes de santé) plutôt que sur un éventuel jeûne controlé sur de très courtes périodes, ce qui, au demeurant,semble être la pratique de ton ami (excepté le fameux jeûne annuel de deux semaines). Vincent (qui court souvent le matin à jeûn !)

Répondre


Posté par Julie Le 7 août 2010 à 15:14

Je suis en deplacement, je vous envoie l article lundi ou mardi. Julie

Répondre


Posté par Van Le 8 août 2010 à 6:44

Bonjour Julie, Je suis également intéressée. Merci encore !! Au plaisir de te lire,

Répondre


Posté par Jean-Michel Le 8 août 2010 à 9:01

Je suis assez d’accord avec VincentC et Julien. Ce sujet réveille chez moi l’envie de lire 2 nouveaux articles, non pas celui tant demandé de Eric Y. Mais plutôt un article sur le plaisir de manger « bien » et par bien, je veux dire aussi bon pas uniquement « calorie-comptées » et un article sur le lien entre un sport comme la course à pied et l’Orthorexie… Ill me semble que les bienfaits d’un jeûne « systématique » sont plus importants que ce qu’ils apportent… Je veux dire par là que la cuisine « detox » sa existe, qu’un régime équilibré combiné à une activité physique régulière permet d’atteindre son poids de forme. Michel Delorre dans son livre « courir, du jogging au marathon » parle des risques de la chasse aux kilos.

Répondre


Posté par Alexandre Le 8 août 2010 à 17:40

Bonjour, Je rejoins Julien, VincentC et Jean-Michel sur le sujet, Chez moi aussi, cela éveille l’envie de lire un article sur « comment manger mieux », notamment et surtout le soir : les aliments et modes de préparation faciles à digérer.

Répondre


Posté par julie Le 9 août 2010 à 11:28

Voilà, je viens d’envoyer l’article à toutes les personnes intéressées, si vous ne l’avez pas reçu, recontactez moi.

Répondre


Posté par Lutheric Le 9 août 2010 à 14:09

Bonjour, L’article est pour le moins intriguant, intéressant et inquiétant à la fois. Beaucoup de questions se posent. J’avoue que mon expérience personnelle ne m’incite pas dans la voie du jeûne comme rituel quotidien et plus poussé comme l’auteur pendant un laps de temps plus long une à deux fois par année. Mon approche actuelle est plus mesurée, comme beaucoup ici visiblement, et je préconiserai davantage l’éducation alimentaire, la remise en cause de notre mode de nutrition moderne et la réflexion sur les équilibres qui régissent l’harmonie de notre corps. Cependant, comme il n’y a pas de vérité intangible pouvant être applicable à tous sans exception et par conviction que l’on avance de la confrontation des idées, j’aimerai recevoir l’article s’il est encore temps. Merci d’avance.

Répondre


Posté par Alexandre Le 9 août 2010 à 14:34

je serais aussi preneur de l’article, si toujours possible. merci d’avance !

Répondre


Posté par santamaria leslie Le 10 août 2010 à 7:06

pour l article – merci 😉

Répondre


Posté par Gabrielle Le 10 août 2010 à 8:04

Bonjour, cet article me semble intéressant même si je ne suis pas prête personnellement à jeûner. je suis par exemple incapable de faire quoi que ce soit le matin sans avoir bien déjeuné… par contre il y a certains principes qu’on peut observer, sans jeuner totalement. après l’entraînement du soir, une simple soupe de légumes fait parfaitement l’affaire, et en période d’arrêt d’entraînement, quelques crudités font un repas du soir correct également… par contre, ce principe n’est pas à mettre en toutes les mains, avec cette obsession des régimes et des pertes de poids…

Répondre


Posté par sebastien Le 10 août 2010 à 11:15

ça a l’air interessant, est-ce que je peux moi aussi avoir l’article complet. Merci

Répondre


Posté par Erwin Le 10 août 2010 à 21:15

Bonjour, Je suis intéresé par l’article au complet. Je jeûne de temps en temps (un soir et un petit déjeuné par exemple) car après une période un peu « hard » point de vue bouffe, je me sens un peu patraque. Après ce mini-jeûne, je me sens un peu mieux il est vrai. L’année dernière j’ai également fait une semaine de jeune (uniquement eau + bouillon filtré). On ne fait pas une semaine de jeûne comme cela du jour au lendemain. On n’arrête pas de manger le lundi matin après une semaine de « goinffrage » absolut. Cela se prépare. il faut comprendre le but du jeûne pour ne pas être 100% contre. Qui n’a jamais eu le ventre completement tendu à force d’avoir engouffré de la nourriture. Qui n’a jamais eu du dégout envers la nourriture le lendemain de Noel ou d’un gros resto, … Avant de refuser l’idée du jeûne, essayez de comprendre que se désintoxiquer, que se vider completement permet également de reprendre de bonnes habitudes alimentaires (avec quelques kilos en moins et une nouvelle façon de goûter les aliments). Voilà, A plus Erwin

Répondre


Posté par VincentC Le 11 août 2010 à 7:10

Erwin, Je pense que la plupart des lecteurs critiques sur ce billet ne sont pas à « 100% contre » le jeûne, mais s’inquiètent de possibles dérives. Pour moi, sauter un dîner de temps un temps me semble justifiable, et de fait ça m’arrive assez souvent. Une ou deux semaines de jeûne, c’est par contre une pratique que je qualifierais de hors-norme, soit, et sans jugement de valeur, une pratique probablement adaptée à certains, mais certainement pas à tous. Par ailleurs, je suppose que wanarun a principalement un lectorat de coureurs. Quid de l’impact du jeûne sur la pratique sportive ? Un coureur a besoin, plus qu’un « sédentaire », de calories et de nutriments, c’est un paramètre à prendre en compte pour adapter une pratique éventuelle de jeûne. Par exemple, un jeûne prolongé doit probablement s’accompagner d’un arrêt de la pratique sportive (comment courir sans apport de calories ?). Résultat probable: perte de poids, certes, mais en bonne partie dûe à une fonte musculaire … Quant à l’abondance de nourriture et à la désintoxication, je reste convaincu que les principaux gestes à faire c’est tout simplement: – de mieux et moins manger: je vais assez rarement au restaurant, et quand je le fais, je ne me goinfre pas. De même, les repas de Noël sont dans mon cas plutôt légers. Sauter un repas de temps en temps, pourquoi pas (mais de préférence pas le petit déjeuner !) – manger beaucoup de fruits et de légumes, boire de l’eau – courir ! Bonne journée, Vincent

Répondre


Posté par arle Le 11 août 2010 à 11:41

@ erwin jeuner ne fais pas perdre du « poids » enfin pas dans le bon sens. car toute carence alimentaire se traduit par une perte d’eau et de muscle ce qui va à l’encontre d’une pratique sportive. Donc il faut éviter les fausses idées afin de ne pas perdre les gens la dedans. Maintenant sans mettre en doute le jeûne « intelligent » comme l’ont dit bien d’autre avant moi , si nous mangeons équilibrés et varié ( sans excès de toutes sortes) cela n’empechant pas de prendre du plaisir bien au contraire . Le jeûne me parait inutile mais cela n’engage que moi . Car j’ai l’impression que c’est avant tout un état d’esprit pour certain. p.s : désolé je viens de voir que l’on se répète tous un peu concernant les dangers du jeûne

Répondre


Posté par Samia Le 13 août 2010 à 0:56

Bonsoir, Je trouve aussi cet article très intéressant. Serait-il possible de m’envoyer l’article dans sont intégralité. Merci d’avance. Samia.

Répondre


Posté par Cédric Le 13 août 2010 à 7:44

Bonjour, je suis intéressé par l’article complet. Merci !

Répondre


Posté par Samia Le 14 août 2010 à 13:21

Bonjour, Je trouve aussi cet article très intéressant. Serait-il possible de m’envoyer l’article dans sont intégralité. Merci d’avance. Samia. P.S: je ne l’ai pas reçu la première fois. Merci.

Répondre


Posté par fabien Le 15 août 2010 à 18:04

Bonjour, Je suis également intéressé par cet article, serait-il possible d’en recevoir l ‘intégralité? Merci !

Répondre


Posté par Le régime Dukan est-il compatible avec la course à pied ? Le 26 août 2010 à 6:48

[…] Et si vous avez lu mes précédents articles, vous savez que je préfère jeûner http://www.wanarun.net/blog/jeuner-pour-durer-jeuner-pour-courir-7586.html […]

Répondre


Posté par nacy Le 24 septembre 2010 à 9:30

je suis tres interessee par pa cet article il me me parait un methode nouvelle est ce que je pourrais le recevoir integralement merci d avance

Répondre


Posté par nonorun Le 23 octobre 2010 à 22:52

Bonjour, Je viens de découvrir cet extrait de l’article; je suis très intéressé pour le recevoir en entier. Merci d’avance.

Répondre


Posté par Norbert R Le 26 décembre 2010 à 20:45

Bonjour , je suis intéressé par le jeûne pour les sportifs pourriez vous svp m’envoyer l’article complet ? En vous remerciant Norbert

Répondre


Posté par Mes bonnes résolutions 2011 Le 3 janvier 2011 à 3:03

[…] entrainement pour éviter d’en arriver là – courir en couple sans râler – reprendre le jeûne hebdomadaire et […]

Répondre


Posté par gauthier Le 17 février 2011 à 18:39

bonjour je serais interessé par l’article pourriez vous me l’envoyer merci d’avance

Répondre


Posté par nathalie Le 15 avril 2011 à 21:29

bonjour, merci pour cet article très intéressant, je pratique la cure de raisin 20 jours à l’automne et le jeune 7 jours au printemps et continue de courir en même tps, et de travailler bien sûr. mais je me sens parfois bien seule donc j’évite d’en parler pour ne pas passer pour une folle…alors ça fait du bien de lire des bons articles comme ça! merci de bien vouloir m’envoyer la version intégrale! nathalie

Répondre


Posté par Eric L Le 19 avril 2011 à 2:44

Bonjour, Je trouve intéressantes les différentes réflexions sur le jeûne, on y rencontre comme d’habitude, ceux qui jeûne et qui, sachant de quoi ils parlent, expliquent positivement leur expérience. On peut lire aussi toute les peurs liées à la nourriture, à nos idées reçues, aux discours un peu trop intéressés des diététiciens et un peu trop étriqués de certains médecins… Le jeûne existe depuis la nuit des temps mais encore plus précisément depuis que le PERE de la médecine moderne  » un certain Hippocrate  » a conseillé à tous, un jeûne d’une semaine par an pour le bien être du corps et de l’esprit…c’était il y a prêt de 2500 ans. Décidément les polémiques ont la vie dure… A se demander si il n’y aurait pas là quelques intérêts financiers à dénigrer pour certain ce que nous ne vendons pas soi-même. Je connais quelques gros vendeurs de régimes très remontés contre le jeûne…hors nous savons tous comme les régimes dans leur ensemble sont bon pour la santé ! ! ! ! ! ! Je suis organisateur de stage de jeûne dans le Vercors mais vous ne m’entendrez jamais critiquer la médecine, heureusement nous recevons beaucoup de professionnelles de la santé dans nos stages…preuve que les choses avances ! Éric, Jeûne et randonnée en Vercors

Répondre


Posté par Ngus Le 27 janvier 2012 à 14:31

Bonjour Julie, J’aimerais bien avoir l’article dans son entier. Ngus

Répondre


Posté par bissuit Le 2 mars 2012 à 18:36

Bonjour, Je viens de découvrir cet extrait de l’article, je suis très intéressé pour le recevoir en entier. Merci d’avance.

Répondre


Posté par SANTA Le 20 avril 2012 à 8:07

bonjour, je serais également intéressée par votre article en entier car je crois que le jeûne apporte beaucoup à notre corps.merci

Répondre


Posté par Alain Le 23 avril 2012 à 21:05

Bonsoir, A la recherche d’ infos sur un jeûne d’ une semaine, merci de me faire parvenir l’ article en entier. Cordialement

Répondre


Posté par fatima Le 21 juillet 2012 à 22:36

Bjr ;je suis tres intéresser aussi par l’article en son integralite..je sais que je suis en retard de 2ans par brapport a l’article lol! De plus en cette periode de ramadan, je lance une idee de courir le soir sur geneve…quelqu un est interessee? J’ai couru aujourd’hui juste avant l’heure de manger, pour tester et bien surprise bonne energie! Merci par avance pour vos reponse Fatima

Répondre


Posté par Lutheric Le 17 janvier 2013 à 10:53

Je reviens sur le sujet pour vous encourager à regarder ce documentaire d’Arte : http://www.youtube.com/watch?v=g3Abu6fKkT8

Répondre


Posté par thomas Le 18 janvier 2013 à 23:15

Bonjour, Je suis très intéressé par cet article. Est-il encore possible de me l’envoyer ? Bien cordialement Thomas

Répondre


Posté par teguinou1 Le 20 janvier 2013 à 10:10

Bonjour à tous, Julie, à mon tour puis-je recevoir cet article dans son intégralité ? Cordialement Thierry

Répondre


Posté par Merritxell Le 25 février 2015 à 22:37

Associer jeûne et anorexie relève de l’ignorance. Et quand on compare la fonctionnement d’une voiture à un corps humain , je me sens insulté. J’adore manger, j’adore courir et j’ai pratiqué plusieurs jeûnes. Jeûner à l’eau permet au corps de se débarrasser de ses toxines par la sudation ou encore par l’urine et les selles. D’ailleurs après 3 jours de jeûne on a encore l’urine brune. C’est un temps de repos pour l’organisme ( qui d’ailleurs tourne au ralenti). Il est dur d’aller courir le deuxième jour mais pas impossible. Inutile de faire du fractionné, mais une sortie en endurance, calme et tranquille pourquoi pas. Pour moi 3 jours ou + de jeûne valent 1 mois de vacances. Je sais c’est dur à comprendre mais pourtant c’est mon ressenti après l’avoir pratiqué ( je ne parle pas sans savoir contrairement à certains). Alors merci pour cet article: On entend trop peu ce son de cloche. On peut courir longtemps et vite sans se goinfrer. Pour info je mesure 1m81 pour 71kg et ce que je perds pendant le jeûne, je le reprends dans les jours qui suivent l’arrêt du jeûne.

Répondre


    Posté par Erpicum Blaise Le 20 novembre 2016 à 16:48

    Merci pour cette intervention. J’y adhère pleinement ! Blaise. Ostéopathe


Posté par bissuit Le 26 février 2015 à 20:16

Je suis intéressé par l’article en entier

Répondre


Posté par iames Le 27 mars 2015 à 17:43

Bonjour ! Je résume : -Jeune le matin -Jeune le soir -Jeune un jour sur deux -Jeune deux semaines par an Ce qui sous entend qu’en une seul vrai repas et un… »goûter » il absorbe assez de nutriments pour non seulement garder son corps en forme et être un athlète de haut niveau ? Il faudrait qu’on m’explique, parce que quand on mange si peux souvent soit, l’estomac se rétréci et on ne peux plus manger assez, soit, l’estomac est surcharger deux fois par jour et on a faim toute la journée ? Et il s’étonne d’avoir le tube digestif en vrac ? Et puis, OK, les phoques, les pingouins…etc jeûnent longtemps, mais il faut voir les stock de gras qu’ils ont ! Alors, mythomanie, anorexie, j’hésite entre ces deux pathologies….

Répondre


Posté par frederic Le 7 mars 2016 à 10:02

Bonjour, Tres interessant ! Pourrais-je recevoir l’article svp ? Bonne journee, Fred

Répondre


Posté par haile77 Le 30 mars 2016 à 6:10

Voici un récit sur l’ascension du Mont Ventoux en jeûnant : http://www.chemindelasante.com/fr/les-bienfaits-du-jeune-pour-la-sante/jeune-et-activite-physique/lascension-du-mont-ventoux-en-jeunant

Répondre


Posté par monick Le 1 avril 2016 à 14:05

Bonjour,j’aimerais bien avoir l’article en entier, je pratique le jeûne sur 3 jours et saute souvent mon repas du soir tout en continuant la course à pied et la natation. Sportivement.

Répondre


Posté par Dylan Le 4 avril 2016 à 23:45

Bonjour, Je suis également intéressé par l’article complet. Merci d’avance. Dylan

Répondre


Posté par Erpicum Blaise Le 20 novembre 2016 à 16:36

Merci pour cet excellent article… C’est un monde que je connais bien étant Ostéopathe ! Merci de m’envoyer l’article complet. Bien à vous . Blaise

Répondre


Laisser une réponse