Hors des sentiers battus…



 

J’ai fait un rêve l’autre jour. Ou plutôt un cauchemar. Le genre de pensée qui pourrait presque vous donner l’envie de tout arrêter. Du moins les courses nature. Me voici donc au départ d’un petit « trail » des villages, une épreuve hyper conviviale dont les organisateurs gardent le secret jalousement. Le paquet est mis ici sur l’ambiance avec sa remise des prix gigantesque, son pot de l’amitié où la bière coule à flots, son repas traditionnel véritablement gargantuesque avec ses produits du terroir qui font saliver à l’avance. Bref tout ce que les coureurs de trail privilégient avant même la course, la sueur, l’effort et surtout le chrono. Qui n’a jamais rêvé de se retrouver entre potes après avoir vaincu un beau petit parcours dans les campagnes avoisinantes ? Si tant est qu’il fasse beau, bien sûr…
Bon dans mon rêve, en tout cas, pas de problème de météo. Du moins que je m’en souvienne. Le problème était ailleurs et qu’il vante ou qu’il neige n’y aurait rien changé. Ou pas grand chose. Bref cette fois je ne rate pas le départ. Je suis bien là, aligné avec une centaine d’autres gaillards, que je ne connais pas d’ailleurs. C’est bizarre car j’aurais bien pu associer quelques potes dans l’affaire. Mais non… Je suis aussi surpris d’ailleurs de ne pas manquer le départ et de ne pas avoir à courir quelques kilomètres derrière le peloton comme c’est souvent le cas. Combien de fois, en effet, je me suis vu me préparer tranquillement, accrocher mon dossard, lacer mes chaussures et puis rester sans réaction devant le temps qui s’écoule trop vite. Je suis là, je sais que le départ ne va pas tarder et pourtant je n’y peux rien. Les minutes s’écoulent inexorablement et je sais pertinemment que je vais louper le coup de pistolet. Mais bon, là je suis bien dans le paquet et même plutôt devant. Et oui, cela arrive. Le sentier est bien balisé. Des flèches au sol et puis de la rubalise noire et blanche un peu partout dans les arbres. Tout d’un coup, je me retourne et plus personne derrière moi. Je vois devant moi un passage barré de plusieurs mètres de ruban. Je le soulève et passe par-dessous. Que m’arrive-t-il ? Je suis persuadé que c’est le bon chemin. Bientôt le sentier disparaît. Il n’y a plus rien par ici. Seulement la broussaille, les arbres qui deviennent des arbustes, le maquis aussi. Je me griffe les jambes. J’enlève mon tee-shirt qui est vite lacéré. Je suis en sang bientôt. Et je continue. Mais pourquoi je ne reviens pas sur mes pas ? Allez savoir vous… C’est un cauchemar. C’est tout.
Et en plus ça monte terriblement. J’enfonce mes mains dans la terre. Les cailloux roulent sous mes pas de plus en plus lourds. Je suis dans un piteux état. Comme dans une jungle tropicale. A la limite de tomber sur un serpent ou une énorme araignée. Mais je continue. Et oui ! Et là, bontée divine, je tombe sur un « signaleur », un de ces fameux bénévoles sans qui les courses n’existeraient pas, qui me semble tombé du ciel. Il m’explique que je me suis totalement planté. Que la course est finie depuis belle lurette et que lui-même est déjà sur le chemin du retour. Pour rentrer chez lui… Je reprends donc la bonne direction. Enfin. Je veux tout de même aller au bout. Alors que tout est fini. Et quelques kilomètres plus loin, recouvert de boue et de sang, je ne vois plus de rubalise, plus d’indications. Les organisateurs ont bien fait leur boulot et ont déjà tout enlevé. Et dire que tout le monde doit être en train de déguster déjà le fameux cassoulet. Bref je suis de nouveau perdu. Je tombe à genoux. Me prends la tête à deux mains. Et si c’était ma dernière virée, ma dernière course ?
Et là, je me réveille. Bien au chaud dans mon lit. Un peu étonné tout de même. Presque inquiet. Qu’est-ce que vous en pensez vous ? Je dois consulter ?

3 commentaires sur “Hors des sentiers battus…”


Posté par Manchi Le 11 septembre 2012 à 8:12

😀 Ton post est terrible de suspens… Faut que tu consultes ou alors que tu continues à partir après tout le monde pour ne pas te perdre ;-D

Répondre


Posté par Rémy Le 11 septembre 2012 à 8:20

oui ou alors que j’arrête de dormir !!!

Répondre


Posté par Manchi Le 11 septembre 2012 à 14:56

Remarque je n’ai rien à t’envier, j’ai réussi à me perdre et pas en rêve lors d’un mini-trail avec le parcours gps sur iphone 😀

Répondre


Laisser une réponse