Halte à la Surenchère



 

Ainsi se termine la 20ème édition du Grand Raid de la Réunion. La Diagonale des Fous ! Mais qui sont les fous ? Les coureurs ou les organisateurs….. ?

Cette édition a été marquée par un kilométrage record (plus de 170 kilomètres , 10845 D+ et 2663 participants), ce qui n’a pas empêché une partie seulement des coureurs de repartir heureux de leur grande diagonale. Le pourcentage des abandons témoigne d’ailleurs de ce bonheur partagé puisqu’il est de 50%, soit, à peu de choses près, le même total que les années précédentes. « C’est peut-être un tout petit peu supérieur, a expliqué Robert Chicaud, le président de l’association Grand Raid, mais cela valorise ceux qui ont terminé. »(source grandraid.sfr.re)

Mais comment peut-on tenir de tel propos ? Qu’il y a-t-il de valorisant à voir des femmes et des hommes échouer ? Ne serait-il pas plus valorisant de voir le plus grand nombre possible de participants réussir ?

Le GRR fait partie des courses mythiques. Certes, il fait partie de ces étapes que j’aimerai un jour inscrire à mon programme. Mais malgré ça aujourd’hui j’ai envie de dire que je hais cette épreuve. Trop de coureurs, ce week-end, se sont cassés les dents, trop d’entre eux finissent usés et psychologiquement affectés. Je ne parle pas là de ceux qui ont abandonné, non, je pense à tous ceux qui se sont vus mettre à la porte car arrivés au-delà de la barrière horaire. Certaine fois pour moins de 5 minutes !

Faut-il se réjouir des 50% de non-arrivants ? Halte à la surenchère aux difficultés !

Pour info en Comparatif 2011 / 2012, l’année dernière à 15 heures le samedi, 205 concurrents avaient franchi la ligne d’arrivée. Cette année, à la même heure, ils étaient 80 à avoir rejoint la Redoute.

A la fermeture de la Barrière Horaire de Maïdo Tête Dure au km 121, 161 coureurs seulement avaient passé la ligne d’arrivée et on dénombrait déjà 1177 abandons et hors délais !

Dans une discussion, Fred, un copain coach en course à pied (www.couronsensemble.fr) me disait revendiquer haut et fort la surenchère à la difficulté. Finisher de toute les plus grandes courses, son truc c’est d’en vouloir toujours plus, de battre ses records, de distance, de vitesse. De pousser ses limites et de toujours aller plus loin.

J’entends ces arguments et tous ceux qui disent qu’après tout l’UTMB comme la Diag proposent des formats plus accessibles pour ceux moins prêts ou un peu juste… C’est vrai et je l’accepte. Mais je ne pense pas que dans les 50% d’abandons, notamment dans les hors-délais on trouve pléthore de novices, d’inconscients et de trailleurs pas suffisamment préparés !

Arrêtons cette course à l’échalote. Je ne peux m’empêcher de croire que les organisateurs de ces grosses épreuves, aujourd’hui, se tirent la bourre pour avoir le titre honorifique de « la course la plus dure au monde » et ainsi convoiter un nombre d’inscrits toujours plus grand.

Si les conditions d’inscription du GRR ne changent pas vers un système type UTMB, c’est-à-dire vers une sélection par l’expérience, alors il me semble indispensable de revoir le principe des barrières horaires.

Vous comprendrez que ces quelques mots représentent un feu de broussaille face à la douleur des proches de Thierry, dossard 437, décédé accidentellement ce week-end sur les sentiers de l’Ile de la Réunion. N’oublions pas, coureurs et organisateurs, que nos engagements doivent être réfléchis et motivés par le plaisir !

21 commentaires sur “Halte à la Surenchère”


Posté par Isabelle Le 22 octobre 2012 à 16:12

Je suis tout à fait d’accord et malheureusement nous ne sommes pas assez nombreux à le dire, à le penser surtout face à tous ceux qui croit que parcequ’ils ont fait des trucs de fou, ils sont les meilleurs. Mais pensent ils à leur santé ? Car lorsque l’on lit les commentaires sur les forums après les courses, et bien cela fait peur : « galère, souffrance, épuisement… » !!!!

Répondre


Posté par Emy Le 22 octobre 2012 à 16:22

Tout à fait d’accord !t! Quant au décés de Thierry ce n’était pas un débutant bien au contraire.

Répondre


Posté par Caroline Le 22 octobre 2012 à 16:33

Il faut quand même prendre une chose en considération et qui n’est pas négligeable c’est la Météo ! Sur cette édition elle a rendu la course plus difficile mais aussi les conditions de sécurité plus difficile à respecter pour les organisateurs. Pensez-vous réellement que les organisateurs de ce type d’évènements qui sont avant tout des passionnées cherchent vraiment à récolter le plus grand nombre d’inscrits ??? surtout quand on connait le peu de bénéfices que peut dégager ce genre d’évènements. Prendre autant de risque en tant qu’organisateur pour une histoire d’honneur. Pensez-vous aussi qu’il est judicieux de laisser passer quelqu’un à la barrière horaire qui est déjà juste et qui de toute façon ne passera pas la suivante ? Je trouve que c’est un jugement un peu dur et se placer du point de vue de l’organisateur signifie tout prendre en considération. Ce sont les conditions météo qui peuvent rendre des éditions différentes les unes des autres et ceux qui ont finis cette édition 2012 sont VRAIMENT des guerriers et ont effectivement le droit à une certaine reconnaissance, mais ça ne reste que mon point de vue 🙂

Répondre


Posté par Emy Le 22 octobre 2012 à 16:44

Météo ou pas nous avons perdu un membre de notre club un ami la douleur est là …

Répondre


Posté par Caroline Le 22 octobre 2012 à 16:50

Toutes mes condoléances…j’ai demandé des infos pour faire parti de votre club il y a moins de deux jours, indirectement on a tous un peu l’impression que c’est un proche étant donné qu’on a tous la même passion. je vous envoie tous mon courage pour surmonter cette douloureuse épreuve et j’ai une très grosse pensée pour sa famille.

Répondre


Posté par fontaine Le 22 octobre 2012 à 16:53

tout a fait d accord meme les courses plu petite si mette fait de societe exibition a outrance

Répondre


Posté par Emy Le 22 octobre 2012 à 16:55

Merci Caroline,le trail c’est une grande famille et au MTC nous sommes tous très soudés !!!! La convivialité le partage l’entraide et le respect sont nos valeurs les plus importantes…

Répondre


Posté par Caroline Le 22 octobre 2012 à 16:56

J’ai cru comprendre ! Au plaisir de vous rejoindre un de ces 4…

Répondre


Posté par Emy Le 22 octobre 2012 à 16:59

Au plaisir…

Répondre


Posté par Niko Le 22 octobre 2012 à 17:02

J’aimerais comprendre l’utilité de cet article ??? Nous savons très bien que sur ces courses les abandons sont nombreux… et après ? Les coureurs sont bien conscient au départ de la difficulté de l’épreuve, non ? Et je pense qu’ils ont intégré le fait que l’abandon est une issue fort probable (1 chance sur 2).  » Trop de coureurs, ce week-end, se sont cassés les dents, trop d’entre eux finissent usés et psychologiquement affectés. Je ne parle pas là de ceux qui ont abandonné, non, je pense à tous ceux qui se sont vus mettre à la porte car arrivés au-delà de la barrière horaire. Certaine fois pour moins de 5 minutes ! » C’est le jeu sur ces courses hors normes. Si l’on espère les finir à chaque fois sans problèmes… Et bien, c’est que l’on a pas tout compris. Les gens prendront peut-être conscience de ce dont ils sont capables et ils ne referont plus les mêmes erreurs (enfin je l’espère), ou ils s’entraîneront mieux, etc… On a tout de même pas obligé les gens à s’inscrire au GRR… Je crois rêver lorsque je lis de telles idioties : « Ne serait-il pas plus valorisant de voir le plus grand nombre possible de participants réussir ? ». Peut-être… Mettons en place des courses bien pépères pour tout le monde…pffff

Répondre


Posté par jérôme Le 22 octobre 2012 à 17:43

Bonjour laurent, moi je ne comprends pas du tout ton article, à quoi il sert, ton argumentation. Tu penses que le grand raid est une balade sympathique en montagne, c’est annoncé trés dur et c’est trés dur.Rien n’est caché, il n’y a pas tromperie, regarde les vitesses moyennes des finishers , tu as une idée trés précise de la technicité donc ce qui va avec.Celui ou celle qui s’inscrit accepte et prend l’ampleur de l’épreuve en conséquence. La diag est toujours annoncée trés technique, trés longue, il y a toujours de la boue, du vent froid à 2500m la nuit, de la pluie à un moment (c’est la run), 35° en bord de mer sur la fin,des sentiers hyper raides et hyper techniques, rien n’est nouveau. Cette année il y a eu oui une rallonge sur route plutôt au début pour éviter les bouchons en arrivant sur la monotrace et il me semble que ça ait marché. Je pense que bcp de traileurs rèvent d’y participer, voir de le finir (en plus c’était la 20ième) et bcp ne sont pas assez préparés au vu de l’ampleur de cet ultra. J’en ai vu la première nuit en tee shirt à foc foc alors qu’il pleuvait fort avec du vent à 2000m….certains n’ont jamais changé ni de chaussures ni de chaussettes,pas de creme anti frottement, imagine l’état des pieds aprés 16h00 non stop d’humidité…. Qu’y a t’il de nouveau la dedans ? Il y a en même temps 2 autres courses moins longues et tout aussi techniques sur lesquelles il y a de la place. Quand tu t’inscris (ou que tu es tiré au sort) pour la diag, y a au moins un truc dont tu n’es pas sur c’est bien de finir. Il est possible de se blesser, de se déhydrater, de faire une hypo, de se retrouver en hypothermie si fringues pas adaptées…. Tu retrouves les mêmes difficultés avec des nuances sur les ultras. Viens faire un tour à la diagonale te faire ton avis sur place. « Tu hais cette épreuve » mais quand tu viendras trainer tes baskets dans magique mafate et rencontrer les réunionnais randonneurs passionnés qui adorent leur montagne tu auras un tout autre regard j’en suis sur:-) On peut voir le résultat d’une autre manière et se dire qu’il y a quand même 1350 personnes qui ont pu réaliser ce parcours de dingues dans les temps. regarde le tor des géants, les 500 places ont été prises en qques minutes !!Si l’organisation le permet le nombre de partcipants va surement augmenter, il y a de la demande pourquoi ne pas faire.Laissons les traileurs prendre leur responsabilité. il n’ y a pas de course aux plus grand nombre d’inscrits sur le grand raid il me semble.le nombre est justement limité sinon il y en aurait le double au départ !!!!! Il y a énormément de déçus chez les réunionnais de ne pas avoir été tirés au sort, et chez les étrangers de n’avoir pas pu s’inscrire à temps sur le net …. allez bonne soirée jérôme

Répondre


Posté par xixim Le 22 octobre 2012 à 19:56

Hors propos, En effet! Si on donne l’appellation « ULTRA » à ce genre d’épreuve, c’est pour de bonnes raisons: c’est qu’il faut être « ULTRA » performant, « ULTRA » entrainé, dans d’ « ULTRA » bonne conditions le jour « J » de ces épreuves « ULTRA » difficiles et exigeantes, et je pense que c’est en se sens que Robert Chicaud orientait son propos, il ne se réjouissait pas de l’échec des uns mais plus de la réussite des autres. Ce genre de courses c’est comme les J.O. vous pouvez êtres le meilleur dans votre catégorie, si le jour J vous n’êtes pas prêts la marge d’erreur est tellement infime que vous avez un pourcentage d’échecs décuplé et cela n’enlève rien à vos performances d’athlète. Et pour ce qui est des barrières horaires, heureusement qu’il y en a sur ce genre d’épreuve sinon on verrait débarquer des personnes mal entrainées tenter une aventure qui les dépasserait et les dégouterais à tout jamais de la course à pied ou du trail.

Répondre


Posté par jerome Le 22 octobre 2012 à 22:54

Je vais y aller de mon commentaire également. en plus de tous les arguments deja en commentaire, Il faut penser aussi à la sécurité des coureurs. Les limites de temps sont faites pour empecher des gens qui n’ont pas le niveau d’aller se faire mal plus loin. L’etat d’esprit pendant la course entame serieusement la lucidité. L’objectif est de finir « dans les temps » , il faut voir ca comme un garde fou (et un challenge). Jerome

Répondre


Posté par Cyrille Le 23 octobre 2012 à 9:17

Mouais….Laurent, avec tout mon respect, au bout d’un moment, je te conseilles de mener une réflexion, simple, celle qui consiste à comprendre qu’à force d’avoir un avis sur tout, on finit par avoir surtout un avis……le coureur qui s’inscrit sur ce genre de courses le fait en connaissance de cause, entre un UTMB régulièrement tronqué pour raisons météorologiques et un GRR qui cette année était très costaud, il n’y a pas de place à l’improvisation, fin de l’histoire ! Comme te la suggères Jérome Le 22 octobre 2012 à 17:43, laissons les traileurs prendre leurs responsabilités, le reste n’est que propos dans le vent….

Répondre


Posté par virgille Le 23 octobre 2012 à 9:59

Un débat de plus 🙂 Y a deux points 1/Les coureurs doivent prendre leurs responsabilités 2/Les organisateurs doivent s’assurer que suivant le tracé ils peuvent accepter une catégorie de coureur, pour l’exemple de la réunion si tu vas sur le site de l’urw, tu regarde en bas de calssement les gars sont à 930 de cotation.. Alors pourquoi l’urw ne propose pas son sytéme à des orgas pour définir en rapport des circuits qui à le potentiel de finir si tu prends utmb 170 km de 2011 les cotations sont plus basses pour les derniers, donc un tracé surement moins technique ou des barrières plus souples http://www.unionrunningworld.com/resultats-utmb-ultratrail-2011-urw_6.html Après, il faut que chacun puisse être responsable, coureur qui s’engage pas sur n’importe quoi ! et organisateur qui propose pas n’importe quoi à n’importe qui 🙂 Sportivement

Répondre


Posté par kadeos Le 23 octobre 2012 à 17:42

Il serait déplacé de réagir à cet article sans avoir une pensée pour ce coureur, décédé accidentellement sur les sentiers de la réunion. Néanmoins, à la lecture de ces quelques lignes, je crois réver ! Je me permet donc de reprendre quelques points : « Cela valorise ceux qui ont terminé » : effectivement, est-il nécessaire de rappeler que nous sommes dans de l’ultra et une participation à ce type d’épreuve ne s’improvise pas. Il faut garder ce côté « extrême » afin que les finishers en tirent honneur et satisfaction. Je viens d’abandonner sur un ultra de 150 kms et je ne m’en plaint pas ; cela fait partie intégrante de la course…. « Si les conditions d’inscriptions du GRR ne changent pas vers un système type UTMB » : certes le système de courses partenaires n’est pas mauvais mais ce n’est pas parce que j’arrive à récolter 7 points que je suis prêt pour l’UTMB ! « Je ne pense pas que dans les 50 % d’abandons….. traileurs non-préparés » : pour ma part, je reste convaincu que sur de l’ultra, nous ne pouvons pas être totalement préparés ; il y a trop de facteurs qui entrent en jeu (météo, physique, moral, gastrique,…). Même les plus grands champions renoncent parfois. Si nous étions en alpinisme, couperions-nous le sommet de l’Everest car peu y arrive ? Sportivement,

Répondre


Posté par pothin Le 26 octobre 2012 à 15:00

la je ne suis pas d’accord avec vous moi je l’ai fait cette diagonale bien que je ne suis pas arriver et je vais pas m’en plaindre la ou se pose le problème tout ceux ou celles qui critiquent et il y en aura toujours : car c’est bien beau de critiquer : nous l’avons fait en plusieurs fois la reconnaissance et on s’étaient pas casser la figure au sens figurer et nous l’avons fini certes et là ou il y a un facteur c’est la pluie on ne peut prévoir un tel temps longtemps à l’avance . Donc pour revenir à tous les critiqueurs car je suppose d’année en année ce sont les mêmes et ont les retrouves à critiquer mais le plus graves ils sont sur les parcours l’année suivante alors ont se demande s’il ont la chochotte ou quoi car moi j’ai signer 7 mois avant et j’ai effectué plus d’une fois les différents parcours que ce soit de jour ou de nuit et je m’en plains pas et croyez moi je ne suis plus tout jeune je suis plus proche de la troisième jeunesse et je fais avec mon temps d’autre part lors de ma course j’en ai vu qui prenez le temps (de fumer la cigarette sur la montée de l’oratoire ST’therese ou encore s’amuser à se prendre en photo) alors sur une course comm’sa on a pas le temps ou alors faire l’effort necessaire pour arriver largement en avance sur les pointe de ravitaillement voila mon coup gueule et néanmoins je compatis à la douleur de la famille du raideur décédé

Répondre


Posté par tof Le 27 octobre 2012 à 3:02

tQuel organisateur de compétition sportive peut se glorifier d’avoir 50% d’abandon sur sa compétition je précise sur blessure ou d’épuisement. Je vous signale à tous qu’a la base le grand raid consistait simplement traverser l’île de la réunion, ce qui en faisait effectivement un évenement sportif très dur. Pourquoi allonger le parcours chaque année? ce n’est pas un souhait des participants, maintenant l’épreuve devient inaccessible au bon randonneur, ce qui n’était pas le cas avant. C’est a vous de réagir, coureurs, ne laissez pas des inconséquents mettre votre santé en danger. Si je comprends bien il n’y a aucune de raison de penser que le parcours ne sera pas rallongé encore l’année prochaine. Je sais que bon nombre de vos camarades refusent de s’engager sur cette course pour preserver leur santé, je pense que c’est une décision raisonnable. Quant à ceux qui ne voient que l’aspect compétition et la performance je leur souhaite bien du courage et surtout bonne chance, mais après si vous avez des ennuis de santé ( genre plus pouvoir courir ) faudra pas pleurer.

Répondre


Posté par Aurel Le 29 octobre 2012 à 15:37

Pourquoi halte à la surenchère ? 2663 inscrits, c’est bien la preuve que cette surenchère est plébiscitée. Pour ce qui est du pourcentage d’abandon élevé, pour moi ça veut simplement dire que de plus en plus de gens rêvent de ce genre de course, mais qu’ils n’ont pas ou ne se donnent pas les moyens d’y arriver. Il suffirait de repousser les barrières horaires pour diminuer les pourcentage d’échec, mais alors où serait le challenge. Ce ne serait plus qu’une randonnée, certes longue, mais que chacun pourrait boucler à 3 km/h de moyenne.

Répondre


Posté par fred0 Le 30 octobre 2012 à 19:03

C’est nul ces articles… Si tu ne veux pas d’abandon fait des courses courtes sur route, même là il y a des abandons. Et évidemment que dans les 50% qui abandonnent il y a une majorité qui est mal préparée. En 65h, c’est largement faisable, et j’en connais une, qui n’est pas une championne mais qui se prépare un minimum, et ben elle la fait en 64h et des bananes. Faut arrêter de croire que parce que c’est sous les cocotiers, c’est facile! La réunion est un territoire hostile à l’homme, faut chier pour la traverser mais personne n’oblige personne! Et ta comparaison pourrie du nombre d’arrivés à 15h, ben forcément qu’il y en avait moins cette année, il y avait plus de kilomètres et de dénivelé! Avant de faire un article, faut réfléchir et laisser tomber la pression! Quant aux décédés, c’est toujours regrettable et triste, mais 3 morts en plus de 20ans, dont deux la même édition, il y a des courses bien plus faciles, y compris sur route qui ont le même ratio, voir plus, par exemple le semi marathon de toulouse qui a connu 2 morts en peu d’années d’intervalle et là, on ne parle pas de course à l’échalotte… ça m’agace tous ces apprentis écrivaillons! Mais c’est vrai que là aussi, personne ne nous oblige à vous lire… Ce qui serait bien c’est que certaines fois on vous empêche de publier par contre!

Répondre


Posté par STEPHANE Le 31 octobre 2013 à 17:55

adepte du footing en solo depuis plus de 20 ans..j’ai assisté a l’évolution des courses et trails de tout bord..comme tout le monde j’ai participé a mes premières courses il y a plus de quinze ans..on n’était pas nombreux et les courses étaient rares..mais la sportivité et la convivialité était de mise..aujourd’hui j’assiste a la sur enchère..de celui qui ira le plus loin..j’ai fais quelques trails..et a mon sens en tant que coureur Luanda..après 30 kms y a plus de plaisir…bon il faudrait peut être que j’ai la tenue dernier cri pour apprécié..mais de voir cette marée humaine courir dans les bois, je trouve que cela n’a plus aucun sens..surtout au détriment du plaisir de partager un moment d’exception..

Répondre


Laisser une réponse