e-saga de l’été – Episode 6/15


 

Résumé de l’épisode précédent : après avoir subi lazzi et quolibets suite à mon accès de mauvaise humeur introductif de l’épisode 5, je reprends les bonnes vieilles habitudes et résume : on ne peut pas dire que l’action ait beaucoup progressé mardi. Enfin, si, on en sait un peu plus sur Priscilla. C’est sûr qu’elle n’est pas commode, mais mettez-vous un peu à sa place. Se faire battre par le couple Dugenoux ! Il y aurait presque de quoi en perdre la raison.

« C’est quoi déjà son nom de famille au Steeve ?  … Brad, Steeve, le prochain c’est qui : Jason ? Donovan ? Je les collectionne, c’est pas possible. Ah oui, Profit, c’est ça. « Si tu veux faire du profit, t’appelles Profit » sur l’air des Cloches de Corneville, la sonnerie de portable la plus débile que j’ai jamais entendue. Alors comme ça, il court, il court le Profit. Mouais, jamais vu sur une course, encore moins sur un podium. C’est pas un lièvre que j’ai tiré là, tout juste un vieux lapin boîteux et myxomatosé » … Telles étaient les aimables pensées qui animaient la douce et tendre Priscilla.

La dite douce et tendre fit donc une recherche rapide sur le web et découvrit bien vite le manque de résultat, au sens propre comme au sens figuré, du dénommé Profit en matière de course à pied. « Un dragueur, encore un, et qui ne sait pas courir qui plus est. Y en a marre de tous ces mecs à la c..  Ouh là, vu son regard bovin, en plus, il croit en ses chances le bougre. Pitié !!! Mon Steevie, va falloir t’accrocher ».

Sur ces pensées toujours aussi aimables, la douce et tendre décida qu’il était temps de passer à l’attaque et de régler son compte à ce pauvre Steeve, opération qu’elle estimait des plus aisées mais qu’elle eut, pour on ne sait quelle raison, hormis de faire subir à d’autres une bonne Dugenoux, l’envie de savourer et de faire durer.

Première offensive : un post-it collé sur l’écran de son entreprenant voisin , pendant la pause-déjeuner  » Temps de passage. A respecter ! 1er kilo : 3’30, 2e kilo 7 … 10e kilo : 36’10   » Pas un mot de plus, pas de merci évidemment.

Deuxième offensive : et deuxième post-it, cette fois collé sur le combiné du téléphone « Il FAUT qu’on s’entraîne une fois ensemble. Mercredi soir 20h, grille d’honneur du Parc ». Ca lui laisse deux jours pour mariner dans son jus.

Déjà pas mal pour un début. La tête qu’il va faire en revenant.

FIN DE L’EPISODE 6

Nous qualifierons cet épisode, assez court, je vous l’accorde, d’épisode de transition, une sorte d’étape de repos pour permettre à l’action de mieux rebondir dans l’épisode suivant. Rendez-vous mardi alors …

Laisser une réponse