e-saga de l’été – Episode 10/15


 

Résumé de l’épisode précédent : là, on était vraiment dans l’archétype de l’épisode dit de transition. Un petit peu de Brad, un petit peu de Priscilla, mais de Steeve point alors que l’action aurait dû normalement se focaliser sur lui puisqu’il était dans la m…. jusqu’au cou et que sa mère s’apprêtait à essayer de l’aider.

Reprenons donc le cours normal de nos émissions, pardon de notre récit. Nous avions laissé Steeve, dans sa chambre et dans un été très avancé de désarroi. L’espoir, mais Steeve ne le savait pas encore car il – l’espoir – ne faisait pas de bruit en montant l’escalier, s’avançait à sa rencontre. Elle, l’espoir – oui, je sais, tout à l’heure c’était il, mais si vous avez lu les chapitres précédents, vous savez bien que l’espoir en question c’est évidemment sa mère – frappa trois coups secs à la porte et demanda la permission d’entrer. Permission qui lui fut accordée dans un murmure de résignation. « Steeve, je sais que quelque chose ne va pas et tu vas me le dire, s’il te plaît ».

A ce stade du récit, plusieurs scenarii sont envisageables. Tous partent du principe acquis que Steeve, malgré sa farouche détermination à garder ses misères pour lui tout seul finira par les avouer à sa mère. Je n’entre pas dans les détails car le dialogue en question, qui eut bien lieu, fut assez long et pourrait occuper tout un chapitre … de transition.

Scenario 1) si nous étions dans la saga de l’été d’une chaîne du service public, c’est à ce moment là que surgirait LE secret de famille. La mère de Steeve, à l’annonce de l’attirance de son fils pour Priscilla, deviendrait soudain muette, s’empourprerait puis annoncerait sur un ton qui ne supporterait aucune contradiction : « Tu ne Peux pas courtiser cette fille ! » et tournerait les talons. Steeve ne comprendrait évidemment pas l’attitude de sa mère et aurait alors l’idée d’interroger la vieille tante Lizzie, pensionnaire de l’asile Saint Lucien, délaissée par toute la famille et qui dans un moment de lucidité se souviendrait qu’en 1432, un ancêtre de Priscilla avait osé reprendre du bouillon de maigre sans y avoir été autorisé par une ancêtre de Steeve lors de la fête communale de Saint Priprin. A la fin, Steeve épouserait quand même Priscilla et les familles se réconcilieraient.  

Scenario 2) si nous étions dans la sage de l’été d’une chaîne privée, on finirait par découvrir qu’en fait Priscilla est une extra-terrestre de la planète Runnia, dont le vrai nom est LHV345, chargée de mettre à l’épreuve les êtres humains afin de déterminer s’ils étaient dignes de recevoir l’enseignement du Grand Runner. Seul Brad, dans l’histoire, avait réussi cette épreuve, dite du 18km/h, et s’envolerait à la fin avec LHV345 dans une gerbe lumineuse pour une destination inconnue alors que Steeve courrait, pour une fois très vite mais pas à 18 quand même, pour rattraper Priscilla et Brad. Steeve serait finalement bien débarassé car dépouillée de son déguisement Priscilla était loin des canons de beauté habituels des employés du service des contentieux.

Scenario 3) si nous étions dans une série Américaine, le problème de Steeve serait résolu, sans qu’il le sache dans un premier temps, par un tueur en série qui hante les parcs avec son M16 et qui aurait fait un carton sur un duo de joggeuses justement ce soir-là. L’enquête serait confié à l’inspecteur Spiver, divorcé, alcoolique, red neck caucasien et son assistante Helen Williams, afro-américaine, génie de l’informatique. Après quelques péripéties, d’autres meurtres, quelques cascades, le tueur serait finalement appréhendé. Non, ce n’est pas Brad. Qui a dit ça ? Au contraire, Brad et Steeve, tous les deux dans la peine, deviendraient amis lors de l’enterrement de Priscilla, et plus si affinités – mais on est dans une série US, donc on s’arrêtera clairement avant les éventuelles affinités.

Le souci, pour l’auteur, est que Wanarun n’est pas une chaîne du service public, n’est pas une chaîne privée et n’est pas diffuseur de séries Américaines. Il lui faut donc faire preuve d’un peu d’originalité. Partons quand même du principe, que Steeve, contraint et forcé, finit par avouer son terrible secret à sa mère. Celle-ci, qui ne connaît pas grand chose à la course à pied et pour qui 18km/h, c’est un-vieux-qui-se-traîne-dans-sa-caisse-pourrie-mais-il-va-avancer-ce-crétin-!, aura tendance à focaliser tout son raisonnement sur la facette Amour – avec un grand A – du problème. Elle ne manquera pas de lui donner un bon conseil du genre « Tu l’aimes et tu veux savoir si elle t’aime vraiment. Pour cela, tu n’as pas besoin de courir à 18km/h. Avoue-lui que tu ne cours pas aussi vite et vois sa réaction. Si elle s’en va, c’est qu’elle ne t’aime pas ».

Sacré Steeve ! Non seulement il s’est mis tout seul dans la mouise et en plus ne voilà-t-il pas que sa mère lui donne maintenant un conseil àà deux balles.

FIN DE L’EPISODE

Dans l’épisode suivant, Steeve va prendre une décision qui va influencer sa destinée. Quelle va être cette décision ?

Laisser une réponse