Courir en hiver quand on souffre de la maladie de Raynaud


 

Il y a peu de temps sur la page Facebook de Wanarun, la question du jour était « par temps froid, vous arrive-t-il d’avoir des soucis aux extrémités (doigts et orteils) ? Comment vous protégez-vous ? Les gants, efficaces ? Et pour les pieds ? ». Certains fans soufdrant de la maladie de Reynaud ont répondu.

C’est quelque chose que j’ai découvert en dehors de la course à pied en allaitant ma fille de 6 ans car j’ai souffert du vasospasme du mamelon.
Le vasospasme est le plus souvent constaté au niveau des doigts ou des orteils, mais on sait qu’il peut se produire absolument partout dans le corps ; on pense même que la maladie de Raynaud peut induire des migraines par vasospasme des vaissaux cérébraux. Le signe le plus caractéristique de la maladie de Raynaud est les changements locaux de couleur cutanée : d’abord une pâleur due à l’ischémie, puis une cyanose en raison du manque d’oxygénation, puis une rougeur provoquée par la vasodilatation réactionnelle. Ce cycle de variations de couleur est vu chez les 2/3 des personnes. Ces changements de couleur s’accompagnent souvent de sensations douloureuses (brûlure, engourdissement, picotements…) ; Le vasospasme peut être induit par le froid ou par un stress émotionnel.

Les trucs et astuces que je donne ci-après ne sont en aucun cas des conseils médicaux car je ne suis pas un professionnel de santé, et ne s’apparentent pas en aucun cas à de l’exercice illégal de la médecine. Il s’agit simplement d’un partage d’expérience. Voilà, c’est dit 🙂

En cas de « vasospasme », traitement de la maladie de Reynaud ->

1/Appliquer immédiatement de la chaleur. Donc en prévention, avant une sortie, appliquer de la chaleur sur les extrémités qui vont habituellement souffrir. Si une crise survient pendant votre run et que vous avez garé votre voiture pas loin, prévoyez un thermos d’eau chaude par exemple et un linge qui pourra faire bouillotte.

2/ Eviter la caféine

3/ Certains auteurs ont fait état de l’efficacité d’un traitement à base de calcium (2 g/jour) et de magnésium (1 g/jour), tandis que d’autres prônent la consommation d’huiles riches en acides gras polyinsaturés à doses élevées. S’il n’existe aucune preuve scientifique de l’efficacité de ces traitements, ils ont l’avantage d’être dénués de toxicité.

4/ Pour les traitements médicamenteux, la nifédipine (Adalate®, Nifédipine®…), un inhibiteur calcique, représente actuellement le meilleur choix. Elle permet d’obtenir une diminution des crises de 50 à 91 % .

Bien évidemment, se vêtir convenablement avec du textile technique anti-froid coule de source. Je suis très mal placée pour vous suggérer quoi que ce soit étant donné que je vis à lîle Maurice mais je suis certaine que vous trouverez tout ce dont vous avez besoin en boutique ou sur un site spécialisé comme i-run.

Laisser une réponse