courir à jeun



 

Plusieurs d’entre vous ont déjà du pratiquer cette technique d’entrainement, et cela pour deux raisons différentes. Soit  préparer un marathon, soit perdre du poids.

Dans le premier cas, votre but est d’habituer votre organisme à tranformer les graisses (seule source disponible) en énergie utilisable. Vous espérez ainsi mieux franchir le fameux « mur des 30km », distance de course à laquelle vos réserves en glucides seraient épuisées. C’est vrai mais ça ne se fera pas en une seule séance.

Dans le second cas, vous vous dites que puisque votre stock de glycogène est au plus bas le matin, votre organisme n’aura pas d’autre choix que de puiser dans les graisses. C’est vrai aussi, la consommations des lipides par l’organisme serait multipliée par 5 !!!! C’est très tentant mais pas sans danger.

Quels sont les risques ?

En courant à jeun vous risquez bien-sûr l’hypoglicémie (malaises ou vertiges.)

La pratique trop souvent répétée vous expose également à une grande fatigue, migraine, manque d’énergie (j’ai même lu dépression nerveuse !!??)…. Parce que vous allez  puiser une part importante d’ acides gras essentiels et de protéines. Voir l’exemple de Vincent Rousseau (précurseur de cette méthode – Marathon en 2h07’20 » en 1995) qui a lui même réduit la fréquence de ses sorties à jeun à une sur 6, et les a limtées à 60 minutes contre 45, parce qu’il s’épuisait.

D’autre part en habituant le corps aux privations, celui-ci va s’adapter en stockant d’avantage de graisse lors des prochains repas ! Ce qui n’est pas vraiment le but recherché.

Sachez aussi qu’ au delà de l’heure d’effort votre métabolisme va produire des déchets dangereux pour la santé : les corps cétoniques qui peuvent provoquer diabète et problèmes rénaux.

Quelles sont les précautions à prendre ?

1/ Se goinfrerde sucres lents la veille.

2/ Les premières fois, partir avec des barres de céréales (au cas où) et courir en boucle courte (si malaise hypoglycémique)

3/ Courir entre 20 minutes et 60 minutes maxi.

4/ Limiter cette pratique à une sortie sur 6 environ ! Eviter celle de fractionné ou de VMA !

5/ Boire énormément

6/ Et…….Prendre un petit déjeuner dès le retour (ou dans l’heure qui suit). En essayant de refaire le plein de protéines (yaourt, volaille..) et d’acides gras essentiels (amandes, noisettes…)

Bonne course !

7 commentaires sur “courir à jeun”


Posté par Philomene Le 14 juin 2011 à 6:19

Bravo pour cet article…, mais j’apporte une petite nuance : Pour les femmes il ne faut pas oublier que nous n’avons pas le même traitement des graisses. Nous les stockons plus facilement que les hommes (15% de notre poids minimum en général) et en contrepartie nous les utilisons BEAUCOUP plus facilement dans les efforts d’endurance. Il faut pour le coup nuancer entre les sexes : courir a jeun c’est beaucoup moins utile pour les femmes que pour les hommes car nous n’avons pas besoin (ou moins besoin selon les individus) à habituer notre corps à aller chercher les lipides.

Répondre


Posté par Pascal R. Le 14 juin 2011 à 7:51

Bon ben j’peut continuer mes sorties a jeun alors mais ds une prépa marathon ou autre course longue!!! et essayer de ne pas me goinfrer de cochonnerie après!!… /-/

Répondre


Posté par Welsh Le 14 juin 2011 à 7:57

Bonjour Personnellement, je fais environ 90% de mes sorties à jeun… Juste pour un problème d’organisation. Je ne suis pas en préparation marathon, j’ai quelques kilos en trop mais pas plus que d’autres à mon âge. Je ne suis pas non plus un coureur, la couse ne vient qu’en complément de mon sport principal ; je fais en moyenne deux sorties par semaine. Et les fractionnés, les séances d’escalier et compagnie sont fait également lors de ces sorties à jeun. Je n’ai pas ressenti de symptôme comme indiqué. Et puis, courir à jeun, c’est courir tôt : seul, sans bruit, avec les lapins, les hérons… la ville qui s’éveille…

Répondre


Posté par stephanie Le 14 juin 2011 à 13:58

Alors je dirais qu’il y un autre point… enfin pour ma part. c’est l’intolérance à tout solide ou liquide, lorsque je cours. Je ne supporte pas. Je cours toujours le matin au réveil. Donc à jeun, et je me sens bien. Le seul problème c’est qu’effectivement après on a pas faim de suite, donc faut prévoir les heures suivantes. Je peux courir un semi sans rien avaler, et c’est le top, sinon, je suis obligée de m’arrêter de souffrir, bref, manger avant même longtemps avant, cela n’es pas possible. La seule chose, que j’ai pu prendre avant mon marathon, c’était une banane séchée, et 3h avant….. Chacun son truc !

Répondre


Posté par Alpe Le 15 juin 2011 à 8:27

Chaque individu est un cas particulier. Chacun doit faire en fonction de son vécu et de son ressenti. Il n’y a pas une recette unique .Connais-toi toi même et agis en fonction.Personnellement, je cours toujours à jeun, cela me convient mais ne convient pas forcément à mon voisin. Il n’y a pas une solution miracle en sport.On pourrait aussi parler du souffle… Qui respire par le nez, qui respire par la bouche,. Chacun est unique et doit apprendre à se connaître.Nous n’avons pas à penser que notre méthode est la meilleure , ni à juger l’autre , ni à forcer l’autre à faire comme nous.

Répondre


Posté par V Farcy Le 15 juin 2011 à 15:50

Testé, avec succès pour prépa marathon ! Récit 2010 ici : http://bit.ly/ltnzQV Happy running !

Répondre


Posté par mora Le 18 juin 2011 à 20:58

j,adore courir a jeun le matin je me sens bien. Surtout légère .Avec le lever du soleil et les bonnes odeur du matin.Au retour une bonne douche et une demi heure après, un bon petit déjeuné avec la baguette que j,ai acheté en fesant mon footing.je me sens en forme pour une dure journée de travail

Répondre


Laisser une réponse