Columbia trail Verbier Saint-Bernard – Jour J : une journée qui commence par un pouce levé et se termine par courir-au-feminim.com et wanarun.net qui passent la ligne d’arrivée ensemble !



 

Réveil en douceur vers 7 heures ce samedi 2 juillet 2011. Dans moins de 3 heures je serai sur la ligne de départ de la 3ème édition du trail Verbier Saint-Bernard, mon premier trail de montagne.

Le petit-déjeuner est tranquillement pris (trop tranquillement d’ailleurs) avec Cécile, Fabien, Damien et Jean-Philippe. Les deux ultra-trailers (Michael et Benoit) courent depuis plus de deux heures…

En moins de temps qu’il n’en faut nous nous apercevons que nous avons raté notre navette à destination du rassemblement permettant de prendre les bus qui doivent acheminer les coureurs à la Fouly sur la ligne de départ.

De nouveau Lucile va assurer : deux coups de téléphone plus tard un taxi vient nous récupérer. Entre temps Damien aura fait du stop avec un certain succès car plusieurs automobilistes se sont arrêtés. Nous optons finalement pour le taxi à qui Cécile propose le défi de rallier la Fouly en moins de 20 minutes. Il en mettra 25 !

Arrivés à la Fouly nous retrouvons Bastien (avec sa Kilian bottle),Fabrice et Lucie.

Juste le temps de prendre quelques photos et 10 minutes plus tard le départ est donné. C’est parti pour 61 km et 4 000m D+. Nous sommes survolés par un hélicoptère pendant plusieurs minutes, c’est très impressionnant !

Mon objectif sur cette course est tout simple : prendre le maximum de plaisir et passer la ligne d’arrivée à Verbier en bon état ! Je veux terminer ce trail pour espérer participer à la CCC en 2012. Côté chrono, avec Jean-Philippe, nous nous sommes fixés un temps de 12 heures.

La première étape consiste à rallier le col de Fenêtre situé à plus de 2 600 m. 1h45 seront nécessaire pour parcourir les 9 premiers kilomètres qui nous séparent du départ. Nous descendons ensuite vers le col du Saint-Bernard. Très rapidement Jean-Philippe prend les devants, je n’arrive pas à le suivre. Je ne suis pas à mon aise (cela me rappelle ma première descente au trail du Verdon l’année dernière où je m’étais retrouver dans un champ de cailloux). Je le rejoindrais au ravitaillement où Bastien nous attend. Super content de voir une tête connue, tout sourire, qui nous mitraille avec son appareil photo.

Le temps de longer la route sur quelques mètres et c’est reparti pour du dénivelé positif. En haut de la montée nous prenons le temps de nous arrêter et immortaliser le moment. Nous voulons profiter au maximum du terrain de jeux.

La descente vers Bourg Saint-Pierre est, dès le début, “traite” comme le dit Damien. Malgré le terrain difficile j’ai de bonnes sensations. Arrivé à Bourg Saint-Pierre, le second ravitaillement, je retrouve Fabien qui est déjà en train de se restaurer. Plus de 26 km ont été parcourus ; il est presque 15 heures. Jean-Philippe nous rejoint, suivi de Cécile qui prendra seulement quelques minutes pour manger avant de repartir rapidement la première. A ce moment Damien est déjà loin devant nous…

Nous repartons ensemble (Jean-Philippe, Fabien et moi). Après quelques centaines de mètres je laisse mes deux compagnons derrière moi. Je les suivrais du regard au loin jusqu’à ne plus les voir du tout. Je reverrais Jean-Philippe à 4 heures matin, il a souffert d’ampoules, et Fabien, qui lui a souffert de contractures, encore bien plus tard !

Je retrouve Cécile dans la monté vers la cabane de Mille. Au ravitaillement les spectateurs sont nombreux malgré le vent qui souffle fort. Je remplis ma poche à eau, mange du chocolat, perd un plomb dentaire, que j’avale, et repars !
La descente vers Lourtier est plaisante. Pourtant rapidement je m’arrête pour me couvrir. Le simple tee ras-de-cou Trail Pro Columbia ne suffit plus. Je suis rejoins par un coureur, suisse si j’en crois son accent, qui me dit : “on va couvrir la bête”. Avant d’arriver àLourtier les chemins sont devenus bitume : j’aime encore bien le bitume !

Lourtier marque l’avant dernier ravitaillement. Je prends mon temps car ce qui va suivre va  rester graver dans ma mémoire de jeune trailer. Je vous laisse imaginer :Lourtier est à 1 074m et il nous faut rejoindre La Chaux située à 2 200m, le tout sur un peu moins de 5 km. C’est un véritable mur qui faudra gravir. Je mettrai plus de 2 heures pour arriver à La Chaux. Bizarrement les jambes ne me feront pas trop défaut mais j’aurais cette sensation étrange de chercher ma respiration tout au long de la montée. Les pauses seront nombreuses. J’avais pourtant bien abordé cette difficulté. J’entends encore cette concurrente me dire : “vous êtes sur un bon rythme”. Nous avons marché ensemble et échangé quelques mots. J’apprendrais qu’elle venait de Dijon, qu’elle s’était inscrite au Verbier trois jours auparavant et qu’elle était V2. Elle m’a déposé quelques centaines de mètres plus loin, je ne l’ai plus jamais revue !

Juste avant de rejoindre La Chaux la nuit est tombée et j’entends une voix au loin crier : “sortez les frontales”. Machinalement je defais mon Mobex et en prenant ma frontale, que j’avais pris soin de mettre dans une poche latérale à Loutrier (pour gagner du temps !). Je sens que le capuchon du logement des piles a sauté ! Sueurs froides, je décide de tout remettre dans la poche et d’attendre de profiter de la lumière de la tente du ravitaillement pour aviser. Pendant de longues minutes je ne serais pas vraiment à mon aise, d’autant plus que j’ai perdu une pile (allez retrouver une pile AAA en pleine montagne alors qu’il fait nuit). C’est dans ces moments là qu’on remercie l’organisation pour ses recommandations sur le matériel obligatoire à emmener et notamment les fameuses piles de rechange !

Il fait très froid, j’ai les bouts des doigts gelés. J’enfile ma veste (Columbia Mission ridge). Je prends le temps de vérifier que le capuchon du logement de piles de ma frontal est bien en place. Je mettrais même un élastique autour pour me rassurer (note à moi même : toujours avoir un élastique sur soi). Nous sommes très peu de coureurs sous la tente. Cécile me rejoint, nous décidons de terminer ce trail ensemble, tranquillement, sans prendre de risques. Les gants seront indispensables.

Il reste 6 kilomètres de descentes dont une partie en forêt où il faudra faire très attention aux racines. Quelques coureurs nous doublent. A 800 mètres de l’arrivée (on se fait confirmer par un bénévole qu’il reste bien 800 m) nous recommençons à trottiner.

Courir au féminin et Wanarun passent la ligne d’arrivée ensemble ! Ravi de terminer ce trail (13h59’) en compagnie de Cécile, une figure de la course à pied, que j’avais interviewée il y a plus de deux ans maintenant pour Wanarun.

Nous décidons de ne pas nous poser à la pasty-party. Nous avons hâte de retrouver le camp de base quitté 15 heures plus tôt. Pas vraiment envie non plus d’attendre une heure la navette. Un pouce levé et quelques minutes plus tard une voiture s’arrête. A 0H45 je suis dans mon lit. Entre temps j’aurais tout de même déballé mon maillot Finisher 🙂

A 4h00 Damien toque à la porte de ma chambre ; il est inquiet, Fabien et Jean-Philippe ne sont toujours pas rentrés. Je le rassure. Quelques minutes plus tard mon téléphone sonne : Jean-Philippe et Famien sont en bas de l’immeuble, ils ont oublié le code de la porte d’entrée !

Quelques impressions/remarques en vrac :
– un grand, un très grand merci à l’ensemble des 300 bénévoles ; sans eux, pas de course
– bravo à l’équipe d’organisation ; rien à redire
– sont vraiment sympas les suisses !
– j’ai couru avec mes New Balance ; les Ravenous Stability, arrivées trop tard, sont restées dans la valise !
– les bâtons étaient indispensables, n’est-ce pas Fabien 🙂

7 jours après cette fabuleuse aventure mon esprit est toujours à Verbier…

 

D’autres comptes-rendus à découvrir :

– chez Damien, alias le coureur du Chablais : « Récit de ma traversée du trail Verbier Saint-Bernard 2011 » et « Analyse du résultat de la traversée du trail Verbier Saint-Bernard »
– chez Fabrice, monsieur Runonline : « Trail du Verbier Saint-Bernard 2011 : l’autre côté de la balise » et « TVSB : Bravo/Merci ! »
– chez Michael, l’ami ricoré : « Trail Verbier/St-Bernard 2011 : les deux pieds dans l’Ultra ! »
– chez Bastien : « 109ème sortie – Trail du Verbier Saint-Bernard – Découverte »
– chez Fabien : des photos !

6 commentaires sur “Columbia trail Verbier Saint-Bernard – Jour J : une journée qui commence par un pouce levé et se termine par courir-au-feminim.com et wanarun.net qui passent la ligne d’arrivée ensemble !”


Posté par lamiricore Le 10 juillet 2011 à 7:50

Super weekend partagé avec le groupe 😉

Répondre


Posté par Maria Le 11 juillet 2011 à 5:54

Bravo Vincent !! Un super récit… cela donne envie de le faire aussi 🙂

Répondre


Posté par quimerch Nadine Le 12 juillet 2011 à 6:57

Un super récit, une belle aventure partagée avec Cécile que je connais a travers son site !! Bravo à vous 2 et à tous les finishers, ça me laisse rêveuse !!

Répondre


Posté par Lyon Urbain Trail 2012 : mes impressions mais également celles des fans de Wanarun Le 9 avril 2012 à 18:00

[…] minutes plus tard je retrouve la célèbre Cécile avec qui j’avais terminé le trail du Verbier l’année dernière. Je dis célèbre car Cécile est quasiment à la une du supplément sport du Progrès de Lyon […]

Répondre


Posté par MoveeGo : ajouter une touche de professionnalisme à vos films Le 11 mai 2012 à 18:01

[…] montagne où bien souvent on grimpe pendant des heures (j’ai encore en mémoire la montée vers La Chaux lors du trail du Verbier en […]

Répondre


Posté par Trail Verbier Saint-Bernard en Suisse : wanarun y sera ! Le 6 mai 2013 à 16:42

[…] De ma jeune carrière de trailer amateur, débutée il y a trois ans maintenant, le trail Verbier Saint-Bernard est de très loin mon plus beau souvenir. Sans doute parce qu’il s’agissait de mon premier trail de montagne mais sans doute également pour la beauté des paysages traversés et le souvenir d’une fabuleuse expérience partagée avec une chouette équipe (lire ici et ici). […]

Répondre


Laisser une réponse