Au poil !



 

Quand j’étais petit, je regardais souvent Goldorak, Candie et Albator à la télé… Oui c’est vrai mais ça n’a aucun rapport avec le sujet. En fait quand j’étais petit, je faisais du cyclisme en compétition et plusieurs fois par an, je me souviens qu’il fallait se raser les jambes. J’accaparai ainsi la baignoire pendant quelques dizaines minutes. J’en mettais partout et je n’aimais pas vraiment ça !

Maintenant je fais plus de vélo, je fais de la course à pied et je ne me pose même plus la question de savoir si je dois me raser ou pas. J’ai les jambes bien poilues et la peau du ventre bien tendue. Non je plaisante. Je suis en effet dans la tendance « poilu plus ». Et moi ça me va très bien comme ça… Aussi sur les courses un peu partout, il est rare de croiser des athlètes à la peau lisse. Les quelques que je cotoies ici et là, je sais d’emblée que ce sont des duathlètes ou des triathlètes. C’est d’ailleurs un signe de reconnaissance. « Tiens t’as vu ses jambes ? » « Ah, oui t’inquiète, il a débuté sa saison de tri ! »

Alors pourquoi en course à pied, on n’a pas besoin de se raser alors qu’en vélo oui ? Hein. Je pose la question. Moi je trouvais toujours que quand je me rasais, les poils ensuite repoussaient encore plus grands et ça me faisait un peu « chier » (pour employer un mot gros !)… Bon ensuite on m’a aussi expliqué qu’il y avait des méthodes, genre épilation ou autre qui étaient plus radicales. Mais je ne sais pas pourquoi, ça ne m’a jamais vraiment attiré !

En fait, l’explication évoquée à la base était qu’en cas d’accident, une peau sans poil était une peau qui risquait moins de s’infecter. Ensuite il faut bien admettre que c’est plus facile à masser. Si massage il y a. Et ceci d’ailleurs aussi bien pour le masseur que pour le massé qui souffre un peu moins… Ah le doux cri du poil que l’on tiraille dans tous les sens ! Mais alors du coup, pourquoi les coureurs à pied ne se rasent-ils pas ? Ou si peu ? Sûrement peut-on donner quelques explications sans trop s’arracher les cheveux de la tête tout de même…

Peut-être parce que les poils, ça tient chaud et qu’en hiver c’est vachement avantageux. Peut-être aussi que pour les traileurs, ça fait plus nature, plus « bête des bois » ou « homme des cavernes ». Peut-être aussi que la boue s’accroche plus facilement et quand on rentre
bien « dégueu » chez soi, ça en impose un peu plus ! Peut-être que ça sert de système de régulation thermique même si je vous l’accorde les odeurs vont souvent de pair… Je ne sais pas moi…

Et puis il y a le côté esthétique. Combien de fois n’ais-je entendu le sempiternel : « ah qu’est- ce qu’il est beau celui-ci avec ses jambes rasées !! » Et oui mais j’ai toujours eu envie de répondre : « Mais il est imberbe, tu ne vois pas. Imberbe. Les poils, c’est fait pour les mecs non ? » Il faut avouer qu’il y a beaucoup de femmes qui adorent les athlètes imberbes, qu’on le veuille ou non. Et du coup il faut bien avouer aussi que ça fait ressortir les muscles que c’est plus saillant… Bon je ne vais pas couper les cheveux en quatre mais moi je reste poilu et j’assume ma pilosité. La prochaine fois, je vous parlerai des « femmes poilues », c’est moins glamour et pourtant elles sont partout dans les pelotons… ah ah !!

Laisser une réponse