Amplitude ou fréquence ?



 

Voilà une question qui mérite sans doute une petite réflexion. Pour être plus précis sur la question : si je veux améliorer ma foulée, dois-je augmenter la taille de la foulée ou augmenter le nombre de foulée par minute ? Cet article n’a rien de scientifique, c’est juste une réflexion d’un coureur lambda (ie: moi) qui se pose parfois quelques questions inutiles.

La course à pied peut paraître le sport le plus simple car il suffit de courir mais la foulée est surtout un sujet de débat éternel. Le but de chacun n’étant pas de chercher LA foulée efficace mais SA foulée efficace… Le choix de l’article dans la phrase précédente va prendre tout son sens car je pense que chaque coureur a une foulée différente car chaque coureur a une morphologie différente et un vécu différent.

Lorsque l’on fait du fond, il est plus sain d’avoir un régime constant. Si l’on devait comparer vélo et course à pied, le cycliste tourne de manière constante les pédales et les vitesses font le reste (bien sur cette description est très schématique car on oublie les démarrages, les accélérations,… ).

En tant que coureur de fond, vous allez donc varier votre vitesse en allongeant ou en diminuant la taille de la foulée. D’ailleurs si vous avez un capteur sur vos chaussures vous constaterez sans doute comme moi que la raison du ralentissement à la fin de la course de dimanche dernier, n’est pas dû à la baisse de la fréquence de votre foulée mais plutôt à la taille de votre foulée qui diminue avec la fatigue musculaire.

Comment améliorer sa foulée ?

D’un point de vue technique il faut faire des “éducatifs”, si vous êtes déjà allé en club ou si vous avez été entrainé par un professionnel, vous les connaissez sans doute.

Les Talons-fesses

Les Montées de genoux

Les Foulées bondissantes

Le Skipping

 

 

2 commentaires sur “Amplitude ou fréquence ?”


Posté par Rachid Le 5 avril 2013 à 7:26

En cyclisme, le choix de la fréquence semble être le même. Il n’est pas question de « vitesse qui font tout ». De plus (en course à pied aussi probablement), la fréquence doit se choisir en fonction du terrain et de l’environement (le pédalage/foulée sur un montée à 10% est différent que sur le plat qui est différent si on a 40km/h de vent de face ou dans le dos). Ensuite, suivant la fréquence les ressources utilisées ne sont pas les mêmes (les fréquences hautes sollicitent plus le coeur et l’amplitude sollicite les muscles des jambes). On peut par exemple être légèrement en fréquence haute en milieu de course pour préserver de la force musculaire pour une côte (ou col) en fin de course. Donc les deux notions ne sont pas forcément à mettre en opposition. On peut s’entrainer à être efficace en force/amplitude et en vélocité.

Répondre


Posté par Rohnny Le 5 avril 2013 à 21:45

Voilà de bonnes questions… Moi j’essaye simplement de courir avec une foulée qui me fait plaisir…

Répondre


Laisser une réponse