Allure ou vitesse ?



 

Le bac approche à grands pas et il est largement temps de commencer les révisions. Alors, allure ou vitesse ? Une question qui revient périodiquement, notamment chez ceux qui débutent la course à pied. Manu vous en a déjà parlé il y a un an mais ça ne mange pas de pain d’y revenir 🙂 Rassurez-vous, je vais faire simple.

La vitesse c’est une notion que vous maîtrisez tous car elle un peu inhérente à notre passionnante vie quotidienne (si je vous dis « radar automatique », vous voyez mieux ?). La vitesse c’est donc le nombre de kilomètres qu’on peut parcourir pendant un temps donné ramenés à une heure. Si vous faites 1 km en 6 minutes, votre vitesse, sur ce kilomètre est de 10 km/h.

Les heureux possesseurs d’un Garmin, d’un Polar ou autre Suunto, savent qu’on peut distinguer la vitesse instantanée (celle à laquelle, là, en ce moment précis, vous êtes en train de courir) de la vitesse moyenne (évaluée sur une distance de référence – cycle ou circuit – que vous avez paramétrée). Sur mon Garmin, en mode entraînement simple (chrono seul), la vitesse moyenne m’est affichée tous les kilomètres et calculée pour le dernier kilomètre parcouru.

L’allure, c’est, en quelque sorte, l’inverse de la vitesse : le nombre de minutes qu’il vous faut pour parcourir une distance donnée ramenée au kilomètre. Si je cours à 10 km/h, il me faut une heure pour parcourir 10 km donc il me faut 6 minutes pour parcourir un kilomètre. Mon allure est donc de 6 minutes par kilomètres. L’allure, contrairement à la vitesse, s’emploie plutôt uniquement en « moyenne » uniquement.

Mais pourquoi diable alors distinguer deux notions (allure / vitesse) ayant un rapport direct et mathématique entre elles ? La réponse est assez simple : en fonction de la séance d’entraînement que vous êtes en train de réaliser ou de la compétition à laquelle vous participez, l’une est plus facile à utiliser que l’autre.

Sur un fractionné que vous avez consciencieusement programmé en pourcentage de votre VMA, il est plus logique, sur votre cardio / GPS favori d’afficher le résultat de chaque fraction en vitesse (instantanée si vous savez sprinter en regardant une montre sans arrêt LOL) afin de voir si vous avez bien réalisé l’objectif fixé.

Par contre, sur une séance d’endurance fondamentale ou une compétition, il est plus simple d’afficher votre allure car la donnée se manipule plus facilement pour effectuer des projections sur un temps final. Vous vous lancez sur un 10 km que vous avez prévu de faire en 40 minutes. Il faut donc que votre allure reste inférieure ou égale à 4 min par km. Après chaque km parcouru, vous pouvez vérifier si vous êtes toujours « dans le rythme » / en avance / en retard. Evidemment, on peut faire la même chose en affichant sa vitesse instantanée et courir les yeux vissés sur le poignet afin d’avoir en permanence la vitesse instantanée (supérieure ou égale à 15 km/h) mais avouez que c’est plus commode de surveiller son allure à chaque kilomètre.

Et pour ceux qui ne possèdent ni GPS ni accéléromètre, l’allure est évidemment le seul des deux paramètres réellement utilisable – sic – à condition de disposer d’un simple chronomètre et de repères de distance, ce qui est le cas sur les compétitions bien organisées où les kilomètres sont matérialisés au sol. Alors évidemment, il faut savoir ensuite faire des soustractions d’heures (programme de 6e).

Pour voir si vous avez suivi, un exercice noté sur 10 : Frédéric participe à un semi-marathon. Il est passé au 10e kilomètre en 37 minutes et 23 secondes.

Question n°1 : quelle a été jusqu’à présent sa vitesse moyenne ?

Question n°2 : quelle a été jusqu’à présent son allure ?

Question n°3 : au 11e kilomètre, Frédéric, qui n’a pas encore produit son effort, passe en 40 minutes et 46 secondes. Quelle a été son allure sur le dernier kilomètre (rappelez-vous qu’il est passé au 10 en 37 minutes 23 secondes, c’est marqué dans l’énoncé) ?

Question n°4 : Frédéric, qui se la joue cool aujourd’hui, a prévu de terminer son semi-marathon en 1 heure et 23 minutes. S’il maintient l’allure qu’il a entre le 10e et le 11e kilomètre, va-t-il y arriver ?

8 commentaires sur “Allure ou vitesse ?”


Posté par TheWARDKI Le 31 mai 2010 à 9:00

Réponse 1: sa vitesse moyenne est de 10/(37/60+23/60²)= 16,05 km/h Réponse 2: son allure est de (37+23/60)/10= 3,74 min/km = 3min 44,3 sec / km Réponse 3: entre le 11e et le 10e kilimètre son allure est de (40+46/60)-(37+23/60)= 3,38 min/km = 3min 23 sec /km Réponse 4: Si Frédéric maintient l’allure qu’il a entre le 10e et le 11e kilomètre il finira en (3+23/60)*10,1+(40+46/60) = 74,94min = 1 heure 14 minutes 56,3 secondes Donc Frédéric va atteindre sont objectif

Répondre


Posté par fredbros Le 31 mai 2010 à 9:12

Il y en a qui suivent 🙂

Répondre


Posté par fred0 Le 31 mai 2010 à 10:01

Mouais, moi je fais tout à l’allure… Je sais que je dois faire tel fractionné à tant au km. Sachant que de toute façon allure et vitesse correspondent… On sait que pour faire du 15km/h faut courir à 4’/km par exemple et ainsi de suite.

Répondre


    Posté par fredbros Le 31 mai 2010 à 12:09

    Personnellement, j’ai tendance à tout faire en vitesse (mes fractionnés, tous en % de VMA puisque je n’utilise jamais mon cardio) y compris mes courses où je regarde – trop – régulièrement ma vitesse instantanée.


Posté par Vérane Le 31 mai 2010 à 15:07

Moi, ce que je trouve compliqué avec l’allure, c’est la conversion des minutes en secondes et vice-versa. Qd il s’agit d’un chiffre rond, c’est facile de passer de la vitesse à l’allure, mais sinon, vous arrivez à faire tous ces calculs de tête, vous?? ;-oo) Moi, ça me prend un stylo et du papier, alors en courant, ce n’est pas très pratique! lol!! Par ex., qd on dit qu’il faut courir à 4’45/km, je ne sais jamais si les 45, ce sont des minutes ou des secondes…. c’est censé être quoi??

Répondre


Posté par fredbros Le 31 mai 2010 à 17:14

4’45 » les 45 sont des secondes.

Répondre


Posté par Vérane Le 31 mai 2010 à 17:57

Ok, merci pour ta réponse, Fred! 😉

Répondre


Posté par Oliv Le 31 mai 2010 à 19:33

moi je raisonne tout le temps en allure, en gardant en tête l’allure aux 1 000m et l’allure aux 100m (exemple 3’40″/km = 22″/100m ). Ce calcul est rapidement fait en convertissant en secondes: 1’=60″, 2’=120″, 3’=180″ etc …: 3’40″/km = (180″+40″)/km = 220″/km = 22″/100m: ça va très très vite dès qu’on prend l’habitude. Avec ces deux chiffres dans la tête, quelques additions et soustractions suffisent pour estimer le temps restant sur une distance qu’il reste à parcourir en compétition, et sans se faire avoir par les derniers 100m d’un marathon ou d’un semi. Avec ces deux chiffres dans les jambes …. plus besoin de faire de calcul ça roule tout seul 🙂 voilà pourquoi il faut répéter et répéter ses allures de compétition pour qu’elle soit « naturelle » le jour J.

Répondre


Laisser une réponse