Adidas Supernova Sequence Boost : le test



 

adidas-supernova-sequence-boost-femme-5Ne vous inquiétez pas, je n’ai pas récemment subi d’opération mais la demoiselle qui a testé ce modèle a souhaité garder l’anonymat pour des raisons professionnelles. Nous avons donc rédigé ensemble ce nouveau test et je peux vous assurer que l’exigence et la précision étaient de rigueur.

adidas a donc intégré la technologie Boost (que l’on ne présente plus) dans la supernova sequence. La supernova sequence est une version de la supernova glide avec plus de contrôle pour la pronation. En regardant l’intérieur de la semelle, vous constaterez que la semelle , qui a deux parties (rose plus dense et blanc pour le boost), est complétement rose (donc plus dense). Le but est de diminuer l’affaissement du pied vers l’intérieur. En effet, le pied s’affaisse pour deux raisons : soit parce que le coureur a les genoux qui rentrent vers l’intérieur soit à cause de la fatigue et l’affaissement naturel des kilomètres qui s’échappent.

La semelle n’est donc pas complétement en Boost comme sur certains modèles : adidas Energy Boost, adidas adizero adios, adidas boston,…

Le confort intérieur est vraiment excellent, la languette est molleuse et remonte bien. Le laçage permet de bien ajuster le chaussant pour un confort maximum et un bon maintien. Pas de mauvaise surprise en latéral, on reste bien en ligne (merci les trois bandes). L’enveloppement du bas du talon dans la semelle assure également un bon maintien.

La semelle d’usure propose une excellente adhérence même sur les sols mouillés de l’automne et de l’hiver.

La mixité entre l’EVA classique en rose et le Boost en blanc propose un très bon compris, une chaussure confortable qui profite des intérêt de la technologie à basses températures.

Ce modèle est vraiment complet et à mettre entre toutes les mains (ou les pieds plutôt). Idéal pour les débutants qui souhaitent passer à la vitesse supérieure.

 

Un commentaire sur “Adidas Supernova Sequence Boost : le test”


Posté par Leonardo Le 28 janvier 2015 à 18:49

c’est qui cette personne, une pote?

Répondre


Laisser une réponse