3eme trail des coteaux de Bellevue : Photos et Compte-rendu



 

Presque 800 courageux sous la pluie !

Les Zinzins des Côteaux, petite association des hauteurs toulousaines, a le vent en poupe. Si l’on peut dire… En trois années d’existence seulement, son « petit bébé », le trail de Pechbonnieu, n’en finit pas d’attirer du monde. De plus en plus chaque année pour atteindre un record cette année encore avec près de 800 partants. C’est tout simplement fabuleux pour un premier dimanche de janvier…

 

Il est vrai que les responsables de l’association, Jean-Yves Bruel et Gilbert Pinchon, sont des passionnés de la vieille école. Des purs et durs, de ceux qui arpentent tous les dimanches toutes les routes et sentiers de la région, voir bien au-delà. Ils sont souvent, même, à la recherche de sensations fortes sur des épreuves dites extrêmes ou plus dures. Bref on les croise bien souvent avec leur maillot rouge et rose et ils entraînent dans leur sillage bon nombre des adhérents du club. Car les Zinzins ne cessent aussi de grossir et l’on y retrouve une ambiance toute conviviale avec des sorties en groupe toutes les semaines dans les Côteaux alentour… C’est bien de là qu’est venue d’ailleurs l’idée d’organiser un trail dans les environs. A force de s’entraîner dans les chemins et sentiers entre Pechbonnieu et Saint-Loup de Cammas, il fallait bien qu’il en ressorte quelque chose. C’est de toute façon toujours un peu la même histoire. « Quelques passionnés qui ont une seule envie : faire découvrir leur petit coin de paradis… »

Mais tout ne s’est pas déroulé d’entrée comme il fallait. Car si nos deux acolytes peuvent compter sur une cinquantaine de leurs membres et sur le soutien des quelques municipalités du secteur, ils ont bien failli tout abandonner dès la première année tant les conditions météos furent mauvaises… On se souvient de la neige qui était tombée en abondance et qui avait rendu les routes du département tellement dangereuses que bien des compétitions avaient été annulées ce jour-là de 2010. Ils seront pourtant deux petites centaines à tester la poudreuse. Et déjà Guillaume Girma dont on reparlera faisait parler de lui. Mais les Zinzins n’ont pas baissé les bras et ils ont eu raison. Car la date attire forcément du monde. Il n’y a pas grand-chose dans le département ce week-end là, juste un cross et puis c’est tout. Et tous les ans c’est pareil ! Donc en 2011 dans des conditions météos quasi parfaites, ils furent presque 600 à prendre un dossard et cette année, malgré une pluie fine et froide et un vent tourbillonnant, qui s’installèrent sur les côteaux toulousains juste à 15h, heure du départ fatidique, on comptait tout de même plus de 800 courageux. Bref le record tombait allégrement comme le laissait présager dans la semaine le taux d’inscriptions par internet qui ne cessait de grimper…

Mais en 2012, ce fut sans aucun doute aussi, l’édition la plus difficile au niveau des parcours. Toujours deux distances au programme bien sûr, avec un 12 et un 21 km, cela n’a pas changé, mais c’est la pluie qui n’a cessé de tomber durant toute la semaine précédente qui devait faire la différence. La boue fut donc la grande star de ce 3ème volet du trail… Et les glissades et chutes furent légions. Même les chaussures trails ne suffisent plus à un moment donné. Car dans certaines montées, quand des centaines de pied ont déjà piétiné les lieux, il n’y a plus aucune place pour passer et bien souvent on se retrouve à faire un pas en avant et deux en arrière… Et cela épuise vite. Très vite !

C’est certainement ce qui aura coûté la victoire à Jérôme Amathieu du Team Running-Olivan. En effet, parti en tête, il creuse un bel écart d’emblée profitant des portions de plat et de bitume. Bref sa foulée légère fait la différence. Sur le papier, il est largement favori. Mais Nicolas Miquel, lui aussi de la même équipe, ne s’en laisse pas compter. Dans les portions plus techniques, dans les descentes glissantes, il va refaire son retard et mieux prendre de l’avance. Il remporte la course devant son pote. Patrice Bruel, tenant du titre, n’était pas non plus à son aise sur ce parcours humide. Il ne finit que dixième. Nicolas Bériot, éternel, complète le podium. Chez les féminines, Martine Latger remettait son titre en jeu. Elle n’aura guère de mal à le conserver. Emmanuel Brothier finit deuxième, mais assez loin. Elle aurait bien aimé que l’effort soit plus long ou même plus difficile. C’est une spécialiste des Ultras…

Sur la courte distance enfin, le jeune Guillaume Girma, n’a pas eu de concurrents à sa poigne. Dès la première difficulté, vers le 3ème kilo, il mettra les voiles, profitant de son poids léger pour voler au-dessus de l’obstacle. Derrière ce sera la bagarre pour la deuxième place. Rémy Jégard profite des difficultés de mi-parcours pour faire la différence. Aurélie Vassort s’impose, elle, chez les féminines, finissant juste devant Céliane Junca. Elle a dû batailler ferme jusqu’au bout. Belle bagarre…

Le Trail se finissait par la traditionnelle remise des prix animée au micro par Christian Reina avant que tous ceux qui avaient réservé, et ils furent nombreux, ne se retrouvent pour le repas convivial… et la galette !

 

Laisser une réponse